Drôme: les militants de Greenpeace devant la justice en juin pour une intrusion sur le site du Tricastin

34 militants comparaîtront le 29 juin devant le tribunal de Valence pour avoir, le 21 Février 2020, mené une action symbolique de démentèlement de la centrale nucléaire du Tricastin. En raison de la crise sanitaire, l'audience doit a du être reportée une seconde fois. 

Ces militants avait mené une fausse opération de démantèlement de la centrale du Tricastin avec des outils géants en mousse
Ces militants avait mené une fausse opération de démantèlement de la centrale du Tricastin avec des outils géants en mousse © Greenpeace /Twitter
Le tribunal correctionnel de Valence s'est prononcé ce mardi 17 novembre 2020 sur un report de la comparution de 34 militants de l'ONG Greenpeace. En raison de la crise sanitaire Greenpeace France et EDF ont demandé le report de l'audience accepté par le tribunal qui a fixé la date au 29 juin2020 à 09h. Les 34 prévenus, devront être entendus pour avoir mené une action symbolique de démentèlement de la centrale du Tricastin le 21 février dernier. 

Outils géants en main et vêtus de salopettes bleues et de casques jaunes, ils avaient rebaptisé l'usine : "Tricasto". Une vidéo commentée sur un ton à la fois grave et humoristique est toujours visible sur le site de Greenpeace qui justifie son action par la "dangerosité du site". "La fermeture de Tricastin est urgente pour l'avenir des employés et du territoire"  justifie une des militantes sur place à l'époque. 
 

EDF avait alors réagi par voie de communiqué en condamnant "l'intrusion d'individus dans la centrale de Tricastin . Il s'agit d'une infraction qui donnera lieu à un dépôt de plainte", ajoutant que l'intrusion n'avait eu aucun impact sur la sûreté des installations.

Pour mettre fin à l'opération, une centaine de gendarmes drômois ainsi que des effectifs du PSPG du Tricastin et du GIGN d'Orange avaient été engagés.
Une première audience, prévue en avril dernier avait été reportée au 17 Novembre en raison de la crise sanitaire. 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
nucléaire environnement justice société