Drôme. Une association lave les consignes en verre pour limiter le tout jetable

Le concept de la consigne revient en force mais encore fallait-il laver les contenants pour pouvoir les réutiliser. C'est l'idée d'une association drômoise qui assure ce lavage pour ses partenaires.

"Ma bouteille s'appelle reviens" lave les consignes en verre afin qu'elles soient réutilisées
"Ma bouteille s'appelle reviens" lave les consignes en verre afin qu'elles soient réutilisées © FTV

"Ma bouteille s'appelle reviens" a fait le pari de la consigne. Cette association drômoise est allée acheter une énorme laveuse d'occasion en Italie pour proposer à ses partenaires de laver le contenant en verre de leurs produits pour éviter d'avoir à la recycler ou le jeter.

Clémence Richeux est la coordinatrice du projet "Ma bouteille s'appelle reviens". Pour elle, la priorité est d'avoir un impact environnemental fort. Réutiliser les bouteilles permet d’économiser 75% d’énergie primaire et de supprimer 79% d’émissions de gaz à effet de serre. Laver les bouteilles permet d'économiser 33% d'eau par rapport à leur fabrication. Au-delà de tous ces chiffres, l'association cherche également à valoriser les circuits courts pour récréer de l’emploi non délocalisable sur le territoire.
Son lave-vaisselle géant permet de laver 2000 bouteilles en 1 heure. Les contenants sont tout d'abord trempés dans une eau soudée puis lavée à 70° par des injecteurs (afin de respecter les règles d'hygiène alimentaire) avant d'être rincés tout d'abord à l'eau avec de l'acide peracétique puis à l'eau claire.
Pour les étiquettes, les partenaires doivent avoir recours à de la colle hydrosoluble ce qui impose parfois des changements d'habitude.

Un allié pour les épiceries en vrac et les brasseries

Dans la plupart des épiceries en vrac, soit vous apportez vos propres contenants, soit vous repartez avec un sachet en papier. La Bocalerie à Chabeuil a fit le choix de travailler avec "Ma bouteille s'appelle revient" pour résoudre ce problème. Sur ces étagères, elle propose près de 7.000 bocaux en verre remplis des denrées, bio et locales. En ramenant le contenant, après usage, le consommateur gagne 10 centimes de bon d'achat.
Mathieu Audoux, co-gérant est très satisfait de ce cercle vertueux. N'ayant pas la charge du nettoyage, il peut se focaliser sur la recherche de produits et la préparation de commandes. 

A la brasserie "La Valentinoise", le message est le même. Près de la moitié de ses bouteilles est réutilisée. Les distributeurs s'y mettent peu à peu. En plus de faire un geste pour la planète, la consigne permet également de faire des économies.

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
écologie environnement consommation économie