Des éleveurs drômois découvrent un nouveau loup équipé d'un GPS: "On nous ment depuis 30 ans sur l'implantation du loup"

Un loup équipé d'un GPS a été photographié fin octobre dans la Drôme. Les éleveurs s'insurgent car ils n'ont pas été informés de sa présence. "Les mensonges sur le loup continuent" selon le président de la fédération départementale ovine de la Drôme.

Loup équipé d'un GPS photographié le 28 octobre dernier dans la Drôme.
Loup équipé d'un GPS photographié le 28 octobre dernier dans la Drôme. © Fédération de chasse de la Drôme
Le cliché est net. Un loup suivant un chemin entre un pré et des arbres. Il a été pris fin octobre dans la Drôme. Un loup de plus parmi les 80 officiellement recensés dans le département. Mais un de plus, équipé cette fois-ci d'une balise GPS.

Un loup relâché après avoir été soigné

Sans attendre, la fédération départementale ovine de la Drôme a contacté la sous-préfecture de Die pour avoir des informations. Il lui a été répondu que ce canis lupus a été capturé en novembre 2019 par l'Office français pour la biodiversité (OFB) car il était blessé. Après avoir été soigné, il a été relâché dans l'arc alpin. Contactées, la préfecture de la Drôme ne souhaite pas s'exprimer sur le sujet et la direction régionale de l'OFB va "donner suite à notre appel", le téléphone sonne toujours.

Deux questions à l'Etat

Le président de la Fédération départementale ovine (FDO) de la Drôme ne cache pas son agacement. 

En 2019, on a eu 20% de bêtes tuées en plus par rapport à 2018. En 2020, c'est 29% de plus.

Frédéric Gontard, président de la FDO de la Drôme

En tout, ce sont 540 bêtes qui ont été officiellement tuées par le loup en 2020. Près de 500 sont des ovins. Le reste se répartit entre les bovins, les chèvres et les chiens de garde.

La FDO de la Drôme s'étonne que "la profession agricole n'a jamais été prévenue qu'un loup était équipé d'un collier GPS". Et également que "Aucun des professionnels siégeant au groupe National Loup n’a eu connaissance du fait qu'un loup ait été relâché avec un collier GPS".
Elle a donc écrit et posé deux questions à la sous-préfecture de Die. "La première question a pour but de connaître les points GPS et le matériel qui équipe ce loup" s'interroge Frédéric Gontrand, qui souhaiterait croiser les données avec celles des troupeaux pour mieux les protéger. "La deuxième question est de savoir si l'OFB va systématiquement relâcher les loups qu'elle capture".
Dans un communiqué, la FDO de la Drôme considère que "la gestion de ce dossier est scandaleuse. Celle-ci est un signe de plus que la transparence de l’Etat doit encore être améliorée en ce qui concerne la gestion de la population de loups." A haute voix, son président nous dit que "depuis 20 ou 30 ans, on nous ment sur l'implantation du loup, alors que c'est impossible à gérer avec les brebis. On veut que ce soit régulé par l'Etat." 

Le téléphone de l'OFB sonne toujours.
80 loups dans la Drôme dont 5 abattus pour 162 attaques en 2020.
Selon un communiqué de la préfecture daté du 9 octobre 2020, 162 attaques qui ont fait 435 victimes ont été indemnisées entre la 1er janvier et le 30 septembre dans la Drôme. La préfecture confirme, comme M. Gontrand, que le nombre d'attaques est en hausse "bien que les moyens de protections soient toujours plus importants, confirmant l’expansion du loup dans notre département avec des territoires nouveaux concernés." Elle précise que "5 loups ont été abattus en Drôme depuis le début de l’année [...] pour faire face à des situations d’attaques répétées." Depuis la parution de ce communiqué, deux autres loups ont été abattus.

Selon les chiffres officiels, environ 80 loups sillonnent le département de la Drôme. "Ce comptage se fait deux fois par an par une campagne de hurlements. Mais ce n'est pas fiable, tous les loups ne répondent pas" se désole M. Gontrand.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
loup animaux nature écologie environnement agriculture économie agriculteurs en colère