Pédophilie dans l'Eglise : une marche qui invite à la réflexion initiée par l'évêque de Valence au pied du Vercors

Publié le
Écrit par Fatima Bouyablane
Deux semaines après la publication du Rapport Sauvé, une centaine de fidèles ont marché, au pied du Vercors drômois, pour réfléchir et participer aux débats
Deux semaines après la publication du Rapport Sauvé, une centaine de fidèles ont marché, au pied du Vercors drômois, pour réfléchir et participer aux débats © France 3 Rhône-Alpes

Deux semaines après la publication du Rapport Sauvé, une centaine de fidèles ont marché, à Bésayes, au pied du Vercors drômois, pour réfléchir et participer aux débats qui agitent l'Eglise. A l'origine de cette initiative Pierre-Yves Michel l'évêque de Valence.

Deux semaines après la publication du rapport CIASE, Commission indépendante sur les abus sexuels dans l’Église, appelé aussi le Rapport Sauvé, plusieurs milieux catholiques ses sont interrogés.
Dans la Drôme, à Bésayes, au pied du Vercors, l'évêque de Valence a initié une marche qui invite les fidèles à la réflexion.

Une petite centaine de fidèles a répondu présent. ''C’est un vaste sujet, soupire l'un d'eux, l’Eglise est bien malmenée, malmenée par elle-même et malmenée par tout le monde''.
''Il faut qu’on réfléchisse ensemble, avance une dame, parce que ça a été assez grave. On a tous été meurtri par rapport à tout ce qu’il s’est passé. Il faut qu’on surmonte toute cette difficulté''.

Cette marche vient en écho à l'organisation d'un synode voulu par le Pape François et qui se tiendra en octobre 2023. Il s'agit ''de décentraliser la gouvernance''. L'objectif est de réfléchir aux structures de l'Eglise et de faire davantage de place aux laïcs.

Pierre-Yves Michel, évêque de Valence, se lance dans cette démarche: ''C’est peut-être ça aussi l’Eglise du futur. C’est décloisonner, aller à la rencontre de gens qu’on ne connait pas forcément, parce que c’est un peu un piège ça dans l’Eglise, c’est un peu l’entre soi, comme on dirait à Lyon, on fait cuchon''.

Des chiffres accablants

Le rapport Sauvé estime à 216 000 le nombre de personnes de plus de 18 ans ayant fait l'objet de violences ou d'agressions sexuelles pendant leur minorité de la part de clercs ou de religieux catholiques en France de 1950 à 2020. Le nombre de victimes grimpe à "330 000 si l'on ajoute les agresseurs laïcs travaillant dans des institutions de l'Eglise catholique," a indiqué Jean-Marc Sauvé. Les chiffres cités résultent d'une estimation statistique comprenant une marge de plus ou moins 50 000 personnes, a encore indiqué le président de cette commission indépendante.

''Pour nous, poursuit Pierre-Yves Michel, évêque de Valence, c’est vraiment ça qui permet de mettre ensuite devant les vraies questions, comme celle que pose le rapport Sauvé et qui demande des changements de culture, tout un travail de prévention, tout un travail d’exercice de la responsabilité de l’évêque, des prêtres dans leurs communautés, dans notre communauté qui est à retravailler''.

 

 

 

Le rapport Sauvé de 548 pages fait 45 recommandations, parmi lesquelles l'écoute des victimes, la prévention ou encore la réparation financière des victimes.

A Lire le rapport Sauvé

Lors de cette marche, les personnes présentes ont fait une pause au pied de l'Eglise de Marche. Elles ont été invitées à travailler un texte de l'Evangile, La Multiplication des pains. ''Ce qui ne nous plaît pas dans l’Eglise, avance une fidèle, c’est ce qui a été évidemment révélé qui consterne tout le monde, nous en premier. Mais maintenant les constats sont faits, que faisons-nous ?''.

 

durée de la vidéo: 02 min 01
Pédophilie dans l'Eglise : Marche au pied du Vercors à l'initiative de l'évêque de Valence ©France 3 Rhone-Alpes

Le synode sur la synodalité lancée par le Pape François aura lieu en octobre 2023.

En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.