Elections départementales en Auvergne : 3 choses à retenir du premier tour

Le premier tour des élections départementales et régionales s’est tenu ce dimanche 20 juin. Abstention, résultats, second tour : voici 3 choses à retenir du premier tour en Auvergne.

Le premier tour des élections départementales et régionales a eu lieu dimanche 20 juin.
Le premier tour des élections départementales et régionales a eu lieu dimanche 20 juin. © Rémy PERRIN / MAXPPP

Les résultats du premier tour des élections départementales et régionales ont été dévoilés en Auvergne. Abstention, progression de la droite, second tour : voici les 3 points à retenir de cette journée d’élections.

La principale surprise de ce premier tour est le taux de participation, exceptionnellement bas. A l’échelle nationale, 66,5% des Français ne se sont pas rendus aux urnes pour ce premier tour. En Auvergne-Rhône-Alpes, l’abstention s’élève à 65,1%. « C’est un taux d’abstention historique, c’est un record ! », souligne Mathias Bernard, politologue. Il précise que « Les départements ruraux comme le Cantal ont mieux voté que les départements urbains, le Puy-de-Dôme par exemple. » Dans le Cantal, l'abstention est de 58,12 % pour ce premier tour, contre 63,43 % dans l'Allier. Le Puy-de-Dôme enregistre une abstention de 63,89 % et la Haute-Loire de 59,82 %.

Pour le président d’université, le taux d’abstention est très élevé, mais correspond à une évolution « sur le temps long, depuis les années 1980 ». Lors des élections départementales de 2015, l'abstention était de 48,93% en France.

Pour expliquer le faible taux de participation, Mathias Bernard évoque une crise de la représentativité : « Il y a un problème d’offre politique. Les électeurs ne se reconnaissent pas dans les élus, les candidats et les partis. » En plus de ne pas se sentir représentés, les électeurs auraient perdu foi en l’utilité du vote : « Ils ont le sentiment que le vote ne sert pas à grand-chose. Lors des élections présidentielles, les électeurs ont l’impression que cela a une incidence sur le cours des choses. Ils voient moins d’impact au niveau régional. Cette perte de croyance dans l’efficacité politique est, selon moi, très inquiétante. »

Pour être élu dès le premier tour, un binôme doit récolter 50 % des suffrages, mais aussi représenter 25 % des électeurs inscrits. Le fort taux d’abstention peut alors modifier les règles du jeu : «  C’est une situation inédite. Avec plus de 60 % d’abstention, il est possible de ne pas franchir les 25 % d’électeurs inscrits, même quand on obtient la majorité absolue. Une vingtaine de seconds tours n’auraient pas eu lieu sans ce taux d’abstention dans la région. » C’est par exemple le cas de Claude Riboulet, actuel président du conseil départemental de l’Allier, qui recueille 63,68 % des voix, mais seulement 24,82 % des inscrits. « Il ne faut pas s’attendre à une grosse surprise, il a fait un bon score au premier tour », prévient le politologue.

Dans l'Allier, retrouvez les résultats canton par canton :

Pour Mathias Bernard, les modalités du vote ne sont peut-être plus très adaptées aux modalités actuelles : « Cela interroge sur un changement des règles électorales. La règle des 25 % a été instaurée à une époque où le taux de participation atteignait les 70 %. » D’autant que, selon lui, « La semaine prochaine, au second tour, les listes qui ont obtenu de bons scores seront élues de toute façon, leurs électeurs seront les mêmes. »

Outre le score de Laurent Wauquiez aux élections régionales (42,7 %), la droite a surpris dans les départementales par des taux plus hauts qu’annoncés dans les sondages. « Les Républicains récupèrent des voix chez le Rassemblement national mais également chez LREM. Alors que la tendance était inverse depuis 2017, détaille Mathias Bernard. L’électorat de la droite s’est peut-être moins abstenu que chez le Rassemblement national ou La République En Marche, qui ont un électorat plus jeune. » En Haute-Loire comme dans le Cantal, la droite a été renforcée lors de ce premier tour.

Dans le Cantal, la droite a dominé le premier tour :

En Haute-Loire, peu de surprise également.

Dans l’Allier, certains ballotages sembleraient favorables à la droite également, comme à Commentry ou dans le canton de Montluçon 3.

Ce premier tour pourrait aussi signifier un nouvel équilibre dans les partis de droite : « C’est peut-être aussi le début d’un mouvement de fond », prophétise Mathias Bernard.

Dans le Puy-de-Dôme, en revanche, la gauche s'est plutôt maintenue par rapport au reste de l'Auvergne.

Le politologue Mathias Bernard assure que le second tour des élections départementales promet encore quelques surprises, le 27 juin prochain.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
élections départementales 2021 politique élections élections régionales 2021