En Drôme-Ardèche, les élus demandent à Jean Castex un coup de pouce pour passer des coups de fils

Dans un courrier en date du 20 avril, 355 élus de Drôme et d’Ardèche demandent au Premier ministre des garanties d’accès à la téléphonie fixe et à internet en milieu rural. Ils déplorent l’état du réseau et demandent des solutions à court terme.

Les élus de Drôme et d'Ardèche demandent au Premier ministre de garantir l'accès à la téléphonie en zone rurale.
Les élus de Drôme et d'Ardèche demandent au Premier ministre de garantir l'accès à la téléphonie en zone rurale. © picture alliance / paul mayall/Newscom/MaxPPP

"Avec la pandémie de Covid-19, nous vivons une situation accrue d’urgence, où nos concitoyens sont isolés, et où la téléphonie et internet sont plus que jamais essentiels au quotidien comme à la cohésion sociale… Nous ne souhaitons plus être considérés comme des citoyens de seconde zone".

Les 355 élus cosignataires de la lettre envoyée ce mardi au Premier ministre n’en peuvent plus d’attendre et demandent à l’Etat d’agir vite. L’objet de leur exaspération : le manque d’entretien et d’investissements pour garantir à leurs administrés un réseau de télécommunications digne de ce nom.

Nous sommes parvenus à mobiliser collectivement les élus de nos départements de la Drôme et de l’Ardèche de façon transpartisane pour adresser notre message au Premier ministre. La situation s’aggrave de jour en jour, dans un contexte exacerbé par la pandémie, nous avons besoin d’une aide urgente, cette situation n’est plus possible, chaque jour compte… Je ne laisserai pas pourrir une situation impliquant de manière aussi directe la vie des gens.

Célia de Lavergne, députée de la Drôme LREM

 

La sécurité des habitants en jeu

Célia de Lavergne, la députée à l’initiative de cette lettre, insiste sur le déficit de sécurité qu’engendre l’absence de télécommunications. :

«Il y a des personnes âgées qui sont isolées et qui ont besoin de la téléassistance. J’ai également l’exemple d’un couple dont l’un des conjoints a dû se rendre en voiture chez les pompiers pour les alerter et porter secours à sa femme parce que le téléphone ne fonctionnait pas».

En décembre dernier, plus de 400 maires et parlementaires avaient engagé une démarche pour médiatiser cette problématique. Une mission menée par la Commission des affaires économiques de l’Assemblée Nationale, pour dresser un état des lieux, concerter les acteurs impliqués, et proposer des solutions a été réalisée. Ses conclusions ont donné lieu à l’annonce de discussions avec Orange en vue d’un plan d’action. Pour autant, les élus regrettent la lenteur de l’opérateur dans ce dossier

"L’attente d’actions de la part d’Orange est trop longue. Chaque jour passé en attente de ces annonces est un jour supplémentaire, un jour de trop, où l’inadmissible perdure : personnes isolées, médicalement mises en danger, privées d’enseignement à distance, entravées dans leurs missions de service public comme dans leurs activités professionnelles".

Chaque citoyen doit avoir accès à la téléphonie fixe. C’est ce que dit la loi. Mais d’un territoire à l’autre c’est parfois le grand écart en termes de délais. Dans cette lettre envoyée à Jean Castex, les élus évoquent des délais de raccordement courants sur plusieurs mois. A cela s’ajoute, selon eux, un réseau dans un état délabré. Alors que le déploiement de la fibre commence tout juste en Drôme-Ardèche, certains coins du territoire pourraient accéder au très haut débit… dans 5 ans !

 

La lettre :

La lettre adressée au Premi... by Moreau

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
téléphonie économie