“Entre nous” : Un Haka contre les violences faites aux femmes

Un haka pour lutter contre les violences faites aux femmes / © France 3 Alpes
Un haka pour lutter contre les violences faites aux femmes / © France 3 Alpes

Mercredi 13 février, "Entre nous" a donné un coup de projecteur sur une association grenobloise qui organise une flashmob qui ramène à la réalité. Le jour de la Saint-Valentin, la mobilisation est décrétée contre les violences faites aux femmes. Et puis coup de coeur pour le bar à sieste!

Par Frédéric Lefrançois

Coup de projecteur

... Sur "One billion rising", une action mondiale contre les violences faites aux femmes. En ce jeudi 14 février, jour de la Saint Valentin, la mobilisation est décrétée, et elle va se faire entendre, ou plutôt remarquer, grâce à des flasmobs organisées un peu partout dans le monde. A Grenoble et Chambéry, on participera à ces manifestations dansantes avec un haka un peu spécial.

Haka contre les violences faites aux femmes
Un haka, pour une flashmob organisée à Grenoble.

Pour participer, rendez-vous notamment ce jeudi 14 février à 18h30 place St André à Grenoble.

Afficher Haka contre les viloences faites aux Femmes sur une carte plus grande

Coup de coeur

...pour une nouveauté à Grenoble, un bar à sieste! 
Un concept qui existe et marche bien à Paris, mais qui débarque chez nous dans les Alpes.
Découverte de ce lieu où l'on peut trouver un peu de tranquillité et de repos. Une façon comme une autre pour faire un "break" dans une journée de travail. Et il se dit, que l'on repart en pleine forme après une bonne sieste !

Entre nous du 13 02 2013
Mercredi 13 février dans le JT des Alpes, "Entre nous" vous a proposé un coup de zoom sur une initiative insolite pour lutter contre les violences faites aux Femmes avec une flashmob intitulé "One Billion Rising". Dans les Alpes, nous verrons que Chambéry et Grenoble participent à cette chorégraphie mondiale avec un rdv pour la Saint-Valentin. Et puis nous vous proposerons de faire la sieste : un grenoblois vient d'ouvrir le 1er bar à sieste de la ville. Payer pour faire la sieste, ça fait sourire : on a vite fait de coller l'image de fainéant à celui qui ose avouer son besoin de pause. !


Sur le même sujet

Les + Lus