Entre le rugby et le football, la pelouse du Stade des Alpes de Grenoble à rude épreuve

Depuis quelques jours, elle est bâchée et chauffée pour être préservée du froid: à Grenoble, la pelouse du Stade des Alpes, -qui accueille ce premier week-end de janvier une rencontre du Top 14 et un match de la Coupe de France de foot-, fait l'objet de toutes les attentions.

© AFP
Marseille, qui doit y affronter le GF38 ce dimanche, en 32e de la Coupe de France, s'était inquiété début décembre de l'état du gazon, en apprenant que la confrontation serait précédée, la veille, d'un match de rugby. Mais à Grenoble, l'enchaînement des deux matches ne crée pas vraiment d'inquiétude. "On a l'habitude de gérer ces doublons depuis que le rugby et le foot cohabitent au Stade des Alpes. Tout sera mis en oeuvre pour donner le coup d'envoi dans de bonnes conditions. Aucun match n'y a jamais été reporté", rassure Jean Mouton, le directeur d'exploitation du Stade des Alpes. Il l'assure, le passage des rugbymen comme l'arrivée de la neige, attendue ce week-end, ne pèseront pas sur la bonne tenue du pré. "Nous sommes en capacité d'évacuer la neige. Le pire, c'est le gel", affirme-t-il.

Pelouse bâchée

Depuis le samedi 27 décembre, date de l'abaissement des températures et de l'apparition des premiers flocons à Grenoble, la pelouse du Stade des Alpes est recouverte d'une bâche capable de la protéger contre des températures atteignant jusqu'à -3 degrés. Les techniciens du stade ont également activé lundi soir le système de chauffage, pour éviter que le terrain ne gèle sur plusieurs centimètres et devienne rapidement impraticable.

"La pelouse ne se dérobera pas à la première mêlée. Elle est extrêmement plate et compacte. Simplement, elle n'aura pas un aspect vert uniforme mais sera tout à fait jouable", insiste Jean Mouton. Le directeur d'exploitation de l'enceinte iséroise est d'autant plus confiant que la programmation de la rencontre de Top 14 entre Grenoble et Oyonnax, a été fixée le samedi après-midi (15h00), permettant aux jardiniers "de gagner 4 à 5 heures de travail".

C'est une réalité qu'il faut assumer"

"La question de délocaliser la rencontre" de Coupe de France à Lesdiguières, l'autre stade de la ville, "ne s'est jamais posée car le stade n'est pas homologué pour le football", explique pour sa part César Pointé, le président du GF38. Et il aurait été malvenu de demander au FC Grenoble rugby de se délocaliser au Stade Lesdiguières car le FCG est aujourd'hui contractuellement le résident principal du Stade des Alpes, ajoute-t-il.

L'état de la pelouse, "c'est une réalité qu'il faut assumer", a pour sa part philosophé l'entraîneur olympien, Marcelo Bielsa. "La pelouse va souffrir avec ce type de match, mais je ne considère pas cela comme un élément à montrer du doigt, parce que ce sera une difficulté pour les deux équipes."

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
sport rugby coupe de france fc grenoble rugby