ERDF devrait utiliser des appareils de l'entreprise de Grenoble Delta Drone pour assurer la maintenance de ses lignes

Un des drones de Delta Drone / © France 3 Alpes
Un des drones de Delta Drone / © France 3 Alpes

ERDF, filiale d'EDF qui gère le réseau électrique basse et moyenne tension, a signé deux contrats avec Delta Drone, fabricant de petits drones destinés à des usages civils, dont il utilisera les appareils dans le cadre d'opérations de maintenance de ses lignes.

Par France 3 Alpes avec AFP

Delta Drone est un fabricant basé à Grenoble qui explore des débouchés potentiels pour le marché en "plein décollage" des drones civils. ERDF vient de signer deux contrats avec l'entreprise pour développer des solutions adaptées au diagnostic et à l'entretien des réseaux électriques.

ERDF va tout d'abord faire appel aux drones pour effectuer une cartographie en 3D de ses transformateurs de forte puissance. Parallèlement, Delta Drone va expérimenter l'usage de drones pour détecter des incidents sur les lignes électriques en Rhône-Alpes, améliorer les interventions dans les zones difficiles d'accès, et réaliser des diagnostics pour les campagnes d'élagage périodique autour des lignes aériennes.

Delta Drone a développé un drone de petite taille (moins d'un mètre d'envergure et 4 kg), équipé d'une caméra et de divers capteurs, destiné à des usages professionnels civils, et dont il a commencé la commercialisation cette année. Il vise des applications très diverses, liées en particulier à la montagne et aux mines et carrières.

DMCloud:49327
Data Drone
En 2012, la société Delta Drone s'appelait Data Drone et vantait déjà les mérites de ses drones.

ERDF et RTE, filiale autonome d'EDF qui gère le réseau électrique haute tension, utilisent déjà des hélicoptères équipés de tronçonneuses pour l'élagage dans certaines zones boisées, notamment en terrain montagneux.

L'utilisation de moyens aéronautiques n'est donc pas nouvelle dans le secteur électrique, mais l'autorisation depuis mai 2012 des drones civils dans l'espace aérien français ouvre de nouvelles perspectives pour les opérations de contrôle et de maintenance des lignes aériennes, ces appareils volants sans pilote étant moins chers que les avions et hélicoptères classiques.

A lire aussi

Sur le même sujet

Notre page consacrée à l'affaire Meunier dans le JT du 22 octobre

Les + Lus