EVEREST. Face au coronavirus Covid-19, la Chine ferme son accès au toit du monde

Selon les explications de plusieurs organisateurs d'expédition, ce jeudi 12 mars, la Chine a fermé ses accès au plus haut sommet du monde, l'Everest, afin d'éviter les risques de propagation du coronavirus Covid-19.
La Chine a annulé ses permis d'ascension de l'Everest en raison de l'épidémie de coronavirus, ont annoncé jeudi des organisateurs d'expédition, à quelques semaines du début prévu de la haute saison. Le plus haut sommet de la Terre est accessible par la Chine par son versant nord, et par le Népal au sud. Cette dernière voie est traditionnellement la plus empruntée, elle ne fait pas en l'état l'objet d'une interdiction.

Plusieurs agences d'alpinisme ont indiqué à l'AFP avoir été informées par les autorités chinoises de la fermeture de leur voie vers le sommet de 8 848 mètres d'altitude. La saison de printemps, la plus propice à la rude ascension de la montagne, se déroule en avril-mai.

Je suis d'accord avec la décision de la Chine. C'est une décision responsable", a déclaré mercredi dans un communiqué Adrian Ballinger, dont l'agence Alpenglow Expeditions a annulé en conséquence ses expéditions de l'Everest pour la saison.

"Gravir une montagne ne vaut pas le risque de transmission aux camps de base, ou au retour à la maison", a-t-il ajouté.
 

La voie népalaise reste ouverte

 
Basée en Autriche, l'agence Furtenbach Adventures a déclaré à l'AFP qu'elle allait transférer côté Népal onze clients qui devaient initialement monter par la Chine. La voie népalaise reste ouverte pour le moment mais les organisateurs d'expéditions commencent à recevoir des demandes d'annulations.

"Nous avions des réservations de 23 alpinistes, mais deux groupes ont déjà annulé. Nous pourrions n'avoir que 8 à 10 alpinistes cette année", a estimé Pasang Tenje Sherpa de Pioneer Adventure.
 
Si la voie népalaise demeure accessible, la ville de Katmandou exige désormais des alpinistes qu'ils produisent l'historique de leurs voyages au cours des 14 jours précédents leur venue et un certificat médical. Le Népal, qui ne compte qu'un cas confirmé de coronavirus à ce jour, a suspendu l'octroi de visas à l'arrivée aux ressortissants de huit pays, dont la France.
 
L'année dernière, la haute saison sur l'Everest avait donné lieu au nombre record de 885 personnes montées au sommet, 644 depuis le Népal et 241 depuis la Chine. Une équipe de sherpas népalais, spécialisée dans l'installation de cordes fixes, est actuellement en chemin vers le camp de base de l'Everest pour commencer à préparer la voie pour les grimpeurs.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
montagne nature covid-19 santé société monde international