Fermeture des remontées mécaniques : l'emploi saisonnier a chuté de 59% dans les Alpes l'hiver dernier

L'emploi saisonnier affiche un important recul sur la saison d'hiver 2020-2021 en raison de la pandémie. Dans les stations de ski des Alpes, fortement touchées par la fermeture des remontées mécaniques, le nombre de saisonniers a chuté de 59%.
La station de ski du Semnoz, près d'Annecy (Haute-Savoie), le 24 février 2021 à l'heure de la fermeture des remontées mécaniques.
La station de ski du Semnoz, près d'Annecy (Haute-Savoie), le 24 février 2021 à l'heure de la fermeture des remontées mécaniques. © Grégory YETCHMENIZA / MAXPPP

Le nombre de saisonniers a diminué de plus de moitié l'hiver dernier dans les Alpes, la faute à un contexte de crise liée au Covid-19. En moyenne, entre décembre 2020 et mars 2021, près de 25 000 personnes étaient en contrat saisonnier dans les stations de ski alpin françaises chaque mois, indique la direction des statistiques (Dares). Cela représente un recul de 58% par rapport à la saison précédente à l'échelle nationale, et de 59% dans les stations alpines.

Près de 7 saisonniers sur 10, soit environ 17 000 personnes, ont été placés au moins une fois chaque mois en activité partielle, note l'étude. Fin novembre 2020, les employeurs situés dans les stations de ski, fortement touchés par la fermeture des remontées mécaniques, avaient été autorisés, à titre exceptionnel, à placer en activité partielle les saisonniers dès leur recrutement. Et la ministre du Travail Élisabeth Borne avait invité à plusieurs reprises les employeurs à embaucher des saisonniers, quitte à les placer d'emblée en chômage partiel pris en charge à 100%.

Dans le détail, l'emploi saisonnier a reculé davantage dans l'hébergement-restauration (-76%) que dans les remontées mécaniques (-19%). Dans ces deux secteurs, 8 salariés sur 10 ont été en activité partielle, indique la Dares. Dans les secteurs du commerce de détail et dans les activités sportives, récréatives et de loisirs, l'emploi saisonnier a reculé de moitié mais le recours à l'activité partielle a été plus limité, selon l'étude.

L'emploi saisonnier a diminué davantage dans les Alpes, mais aussi dans les Pyrénées (-56%) où le ski alpin est prépondérant. Les Vosges (-44%), le Jura (-32%) ou la Corse (-21%) ont été moins touchés. Avec le recul de l'activité lié à la pandémie, l'emploi s'est aussi recentré sur les saisonniers récurrents, 60% d'entre eux étant en contrat chez le même employeur que l'année précédente contre 38% pendant la saison précédente.

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
montagne nature stations de ski économie tourisme crise économique covid-19 santé société