Cet article date de plus de 6 ans

À Grenoble, procès en appel des agresseurs de jeunes communistes

Ce jeudi 25 septembre, la Cour d'appel de Grenoble réexaminait l'affaire de l'agression de deux jeunes communistes de Fontaine, en octobre 2012. Des faits pour lesquels d'anciens membres du Front National de la Jeunesse avaient été condamnés en première instance, l'an passé.

Palais de Justice de Grenoble
Palais de Justice de Grenoble © France 3 Alpes
Il est environ 23 heures aux abords de la gare de Grenoble, vendredi 19 octobre 2012, lorsqu'à la sortie du local de la Fédération du Parti Communiste de l'Isère, quatre jeunes militants se font agresser par un groupe se revendiquant d'extrême droite. Un peu plus tard dans la soirée, les individus se rencontrent à nouveau devant un pub, rue Denfert-Rochereau. Ils sont une quinzaine côté extrême droite, armés de barres de fer, de matraques et de ceintures métalliques. Un véritable guet-apens pour les huit jeunes communistes présents.

Bilan: de nombreuses contusions et un nez cassé pour l'un des leurs. Deux plaintes sont déposées. En septembre 2013, le Tribunal correctionnel de Grenoble reconnaît coupables les deux prévenus qui se revendiquaient d'extrême droite. Ils sont condamnés à 6 et 8 mois de prison avec sursis et 2300€ de dommages et intérêt. Une décision de justice remise en question devant la Cour d'appel.

Ce jeudi, le ministère public a requis 6 mois de prison avec sursis et les mêmes amendes qu'en première instance. Le jugement a été mis en délibéré au 23 octobre. 

durée de la vidéo: 01 min 39
Procès en appel après l'agression de jeunes communistes





 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
justice