• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • SPORT

Procès de sympathisants d'extrême droite à Grenoble: 6 et 8 mois de prison avec sursis

Au premier rang à gauche, deux des victimes, derrière eux l'un des présumés agresseurs.
Au premier rang à gauche, deux des victimes, derrière eux l'un des présumés agresseurs.

Le 19 octobre 2012, six jeunes militants communistes isérois avaient été agressés par une quinzaine d'individus, certains proches de l'extrême droite. Deux des agresseurs présumés ont été jugés ce matin par le tribunal de grande instance de Grenoble. Ils ont été condamnés à des peines avec sursis. 

Par France 3 Alpes

Sur le banc des victimes, ils sont deux. Militants du Mouvement Jeunes Communistes de France (MJCF), ils ont une vingtaine d'années. Sur le banc des prévenus, ils sont deux aussi. Eux nient toute appartenance politique, mais ils ont adhéré ou ont été proches - du moins par le passé - de groupuscules d'extrême-droite. Ils sont accusés d'avoir agressé les plaignants à coup de poing et de ceinture. L'un a eu le nez cassé, l'autre a été blessé au bras.

Une affaire qui en rappelle une autre, même si l'agression de Grenoble s'est produite quelques mois avant l'affaire Clément Méric et n'a pas eu la même issue tragique. Ce lien la procureur n' a pas manqué de le faire lors de son réquisitoire. L'avocate générale demandait un an de prison dont huit avec sursis. Ils seront finalement condamnés à six et huit mois avec sursis. Ils ont, par ailleurs, écopé d'amendes de 1500 et de 800 euros pour dommages et intérêts. 

DMCloud:102589
Procès après l'agression de jeunes communistes
Intervenants : Maître Flavien Jorquera, Avocat des parties civiles; Maître Pierre-Marie Bonneau, Avocat de la défense


Une rixe puis une autre 

Les faits remontent au 19 octobre. Ce jour-là, une poignée de militants fument une cigarette devant le local des Jeunesses Communistes. Lorsqu' un autre groupe vient à passer par là. Des militants, anciens militants ou proches du parti d'Alexandre Gabriac, Les Jeunesses Nationalistes. Ils se connaissent, certains vont au même lycée. Les insultes pleuvent. Quelques bousculades, mais rien de plus. 

Plusieurs heures plus tard, la soirée prend une toute autre tournure. Les jeunes communistes se rendent au Pub d'Enfer rue Denfert Rochereau à Grenoble, où doit avoir lieu le concert d'un de leurs amis... mais où se trouvent aussi les même militants d'extrême-droite. C'est là que les versions différent, d'après les communistes c'était un hasard, d'après les autres une vengeance préméditée. S'ensuit une violente bagarre aux abords du bar. 

 


Sur le même sujet

Grands travaux entre St Etienne et Le Puy-en-Velay

Les + Lus