La grève se durcit à l'hôpital psychiatrique de Saint-Egrève

Ce mardi 12 novembre, une cinquantaine de médecins, infirmiers et aides-soignants grévistes s'est invitée au conseil de surveillance de l'hôpital de Saint-Egrève. Depuis plus d'un  mois, ils demandent plus de moyens humains. Ils estiment ne plus être en mesure d'exercer leur mission correctement.

Reportage. Début octobre, le Centre Hospitalier Psychiatrique Alpes-Isère de Saint-Egrève a dû fermer cinq lits dans l'unité Tony Lainé, réservée aux adolescents. L'hôpital, pas assez attractif semble-t-il, manque de praticiens. En effet, cinq postes médicaux sont vacants depuis plusieurs mois, faute de candidats. Le départ de deux psychiatres au printemps dernier n'a rien arrangé. Depuis, la grogne gagne le personnel qui a encore exprimé son malaise ce mardi.


Les représentants du personnel ont rendez-vous le 13 novembre avec l'Agence Régionale de Santé.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
santé social