• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • SPORT

Romain Bardet, vice-champion du monde de cyclisme : « c’est une belle performance d’être sur le podium ! »

Romain Bardet a remporté le titre de vice-champion du monde lors des mondiaux de cyclisme en Autriche. / © CHRISTOF STACHE / AFP
Romain Bardet a remporté le titre de vice-champion du monde lors des mondiaux de cyclisme en Autriche. / © CHRISTOF STACHE / AFP

Le cycliste auvergnat, Romain Bardet, a décroché la deuxième place lors des Mondiaux de cyclisme le 30 septembre, en Autriche. De retour en Auvergne, le Brivadois n’est pas déçu par cette 2ème place, bien au contraire.

Par Virginie Cooke

Il a frôlé la victoire mais Romain Bardet peut tout de même être fier sa performance. Le cycliste auvergnat a terminé deuxième, derrière Alejandro Valverde, lors des Mondiaux de cyclisme qui se sont terminés le 30 septembre.

- Question : 24 heures après l’épreuve, que ressentez-vous ? De la déception ou la satisfaction quand même d’avoir fait une grande performance ?

- Romain Bardet : "Non pas de déception ! Je suis satisfait d’avoir fait une belle course, une belle médaille, la première sur un championnat du monde pour moi. La satisfaction aussi du travail bien fait pour l’équipe de France avec un bon comportement sur les routes autrichiennes".

- Q : On vous sent ému sur le podium ?

- Romain Bardet : "Oui c’est quelque chose ! J’étais passé devant la veille, avec Julian Alaphilippe. On s’est arrêtés et on s’est dis « whaou, c’est magnifique  ! ». C’est pour ces moments-là aussi que l’on fait du vélo !"

- Q :  Lorsque l’on est sur la 2ème marche, on se dit que l’on est tout prêt de la première place ?

- Romain Bardet : "Je suis près et loin à la fois. Le champion du monde va avoir la chance de porter une magnifique tunique. Mais c’est quand même une belle performance d’être sur le podium !"
 


Q : Valverde (ndrl le gagnant des Championnats du monde)  a été trop fort sur le sprint final ?

Romain Bardet : "Oui, c’est un coureur très rapide au sprint, je ne l’ai jamais battu au sprint. Ce n’était pas évident, il a beaucoup d’expérience. C’était son 7ème podium sur un championnat du monde. C’est vraiment Monsieur classique du vélo actuel. Il n’y a pas de regrets à avoir sur ce type de configuration".

Q : L’équipe de France avait particulièrement bien préparé cette course sous la direction de Cyril Guillemart. Il y avait une grosse cohésion entre vous, Thibaut Pinot et Julian Alaphilippe, trois leaders qui pouvaient jouer le titre ?

- Romain Bardet : "Oui, rien n’aurait été possible sans nos 5 équipiers. On attendait beaucoup de l’équipe de France. Sur un circuit difficile, on avait une équipe à la hauteur de nos ambitions, d’être vraiment acteurs sur la course. Je pense que l’on n’a pas failli à nos responsabilités. On espérait que l’un des 3 puisse décrocher l’arc-en-ciel, on contentera du podium mais le comportement et l’envie y était !"

- Q : Il y avait des ascensions à 28%, c’est monstrueux ! On puisse dans ses ressources dans ses moments là ?

Romain Bardet : "On avait déjà 6h30 de vélo avec 4800 mètres de dénivelé. C’était le dernier effort, une vraie course de résistance".

Q : Vous saviez qu’il fallait attaquer avant la descente pour distancer Valverde. Il y a eu un petit soucis mécanique  dans les derniers mètres de l’ascension. Vous remettez votre chaîne, vous passez le grand plateau mais ca ne passe pas ?

Romain Bardet : "oui, je manque surtout de me prendre la moto en remettant la chaîne. Il me restait un petit peu de lucidité. J’ai remis la chaîne sur le grand plateau pour pouvoir reproduire mon effort. J’ai eu peur à ce moment là de tout perdre".

Q : C’est là que la course se joue pour vous ?

Romain Bardet : "C’est là que la course  aurait pu se perdre  et je planifiais une attaque à ce moment là. Je pense que c’était l’endroit crucial de la course".

Q : Vous avez préparé cette course sur les routes du Sancy et également dans la rue du Cheval à Clermont-Ferrand. C’est une côte à 28% en plein Clermont ?

Romain Bardet "Je pense même qu’il y a des pourcentages supérieurs dans cette fameuse rue du cheval, ça avoisinait les 30% par endroit. C’était un terrain de jeu idéal pour s’exercer. Les routes sont magnifiques dans la région, comme le Sancy où il y a des ascensions similaires au circuit des championnats du monde".

Q : C’est l’heure du bilan de la saison même si elle n’est pas tout à fait terminée. Qu’est-ce que l’on retient ? Bien sûr cette 2ème place aux championnats du monde, la 6ème place du Tour de France. Cela reste une petite déception pour vous ?

Romain Bardet : "Non, ce n’est pas une déception. J’ai donné le maximum sur le Tour. Cela n’a pas été un grand cru cette année mais j’ai expliqué que l’on a rien lâché, on s’est battus jusqu’au bout. On aurait aimé être un peu plus haut dans le classement mais on n’a pas démérité. Mais ma saison sur les courses d’un jour et les classiques a été vraiment excellente. Bien sûr, il me manque la consécration d’une grande victoire. Mais je suis constant et c’est en multipliant les situations où je joue la victoire que ca va finir par me sourire".

Q : Quelle sera votre dernière course de la saison ?

Romain Bardet : "J’ai beaucoup d’ambitions pour le Tour de Lombardie qui arrive d’ici une dizaine de jours. Je fais essayer de bien digérer ces championnats du monde et ces émotions pour être en forme pour le dernier monument de la saison !"  



 

Sur le même sujet

Romans/Isère : les serres du lycée horticole dévastées par la grêle du 15 juin

Les + Lus