Comment Illico le poney redonne confiance à la petite Kiara

La médiation animale se développe et elle est de plus en plus présente dans les Ehpad ou les hôpitaux. En Auvergne-Rhône-Alpes, 72 zoothérapeutes dispensent des séances auprès d'un public émotionnellement fragile. En Haute-Loire, Françoise Gentes est la seule à avoir choisi le cheval. Elle reçoit chez elle des enfants atteints de maladies orphelines ou de troubles du comportement.

A Saint-Pierre-Eynac, en Haute-Loire, Françoise Gentes assure des séances de médiation animale. Ce jour-là, Illico sera le médiateur idéal : pas trop grand, pas trop petit et très attentif, le poney sera le vecteur intime des doutes et des angoisses de la jeune Kiara. Premier objectif pour Françoise : créer un lien entre les deux. Françoise Gentes, intervenante en médiation animale, explique : « Kiara a déjà un premier contact avec le cheval. Elle va le chercher au pré. Comme cela, il sait avec qui il va travailler. Le cheval sait tout de suite à qui il a affaire ».

Soigner un trouble de l'attention

Pour canaliser l'attention de la jeune fille et solliciter sa concentration, Françoise dispose de plusieurs exercices : le duo communique sans se juger. Kiara souffre d'un trouble déficitaire de l'attention. Annabelle Valette, maman de Kiara, souligne : « Au niveau de la mémorisation, elle a beaucoup de problèmes. Les cours sont compliqués pour elle. Malgré tous ses efforts, elle donne dix fois plus que les autres, les résultats ne sont pas forcément là. C’est très décourageant pour elle et elle a des problèmes d’estime de soi. On travaille beaucoup là-dessus avec la médiation équine ». En balade, Illico et Françoise aident Kiara à lâcher prise. Françoise possède dix chevaux adaptés aux différents handicaps qu'elle reçoit : autisme, anorexie, harcèlement scolaire, ou Alzheimer chez les adultes.

durée de la vidéo : 00h01mn41s
La médiation animale se développe et elle est de plus en plus présente dans les Ehpad ou les hôpitaux. En Auvergne-Rhône-Alpes, 72 zoothérapeutes dispensent des séances auprès d'un public émotionnellement fragile. En Haute-Loire, Françoise Gentes est la seule à avoir choisi le cheval. Elle reçoit chez elle des enfants atteints de maladies orphelines ou de troubles du comportement. Intervenantes : Françoise Gentes, intervenante en médiation animale / Annabelle Valette, maman de Kiara / Kiara, bénéficiaire de la médiation équine ©E. Brot-Monnier / R. Leloutre / S. Salmon

Une séance bénéfique

Kiara, bénéficiaire de la médiation équine, précise : « Je suis dans ma petite bulle. Avant, il y a le collège donc il y a les conflits. Quand j’arrive ici, c’est la détente. Je relâche tout mon corps, je profite. Quand je suis sur le cheval, je sais qu’il comprend ce que je ressens. C’est quelque chose qui me détend et qui me donne confiance en moi ». Après une heure avec le cheval, Kiara est détendue, apaisée. Françoise sait qu'elle a contribué à son mieux-être.

Propos recueillis par Elodie Brot-Monnier / France 3 Auvergne

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité