COVID 19 : l'appel à l'aide de soignants d’un EHPAD de Haute-Loire

La situation est toujours très tendue dans certains EPHAD à cause de l’épidémie de COVID 19. C’est le cas à Cayres, au sud du Puy-en-Velay, en Haute-Loire. Plus de la moitié des 60 résidents sont positifs au COVID 19, les salariés de l'établissement se disent à bout, submergés, débordés.
 

A l'EHPAD de Cayres, en Haute-Loire, les personnels se disent à bout, confrontés à l'épidémie de COVID 19.
A l'EHPAD de Cayres, en Haute-Loire, les personnels se disent à bout, confrontés à l'épidémie de COVID 19. © Gérard Rivollier / FTV
L’EHPAD de Cayres, au sud du Puy-en-Velay, en Haute-Loire est sévèrement touché par l’épidémie de COVID 19. Il y aurait 33 cas de COVID 19 positifs sur 60 résidents à l'intérieur et déjà plusieurs décès. Le personnel, également touché par le virus, se dit épuisé, moralement et physiquement.

Des personnels éprouvés

Une infirmière et une aide-soignante ont accepté de témoigner sous couvert de l'anonymat. L’une d’elles affirme : « Les soins ont été doublés voire triplés. On fait énormément d’heures supplémentaires pour pouvoir réussir à faire tous les soins. On les prend bien en charge bien évidemment ». Une autre ajoute : « Psychologiquement aussi c’est compliqué : les résidents partent, on les connaît depuis des années. C’est vrai qu’on est un peu à bout ».

Le recours à des volontaires proposé

Face à la situation qui se dégrade, le personnel demande de l'aide. L'EHPAD dépend du centre hospitalier Sainte-Marie du Puy-en-Velay. La CGT propose de faire appel aux salariés volontaires de cet hôpital psychiatrique en renfort. Bernard Carlier, délégué CGT Centre Hospitalier Sainte-Marie, indique : « Par le fait du COVID, il y a moins de consultations, des patients ne viennent pas. Du coup dans ces services-là, il y a des gens qui nous ont dit clairement qu’ils auraient bien voulu donner un coup de main, voire dans d’autres services. Mais on a aussi des services en psychiatrie qui sont fortement impactés par le COVID et où les gens ont aussi de grandes difficultés. On ne mélange pas tout, on est bien conscients que c’est sur la base du volontariat et là où c’est possible ».

Un appel à des renforts

Valérie Mourier, directrice des établissements Sainte-Marie de Haute-Loire, précise : « Par les réseaux sociaux, nous avons fait des appels à renfort. Nous avons 2 à 5 personnes qui se présentent chaque jour. On a aussi fait appel à des professionnels de nos établissements pour des renforts. On fait aussi appel à une équipe créée spécialement, qui s’appelle l’unité mobile COVID ». L'EHPAD de Cayres est un exemple des nombreuses situations dramatiques que rencontrent certains établissements pour personnes âgées en ce moment.  
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus/covid-19 santé société personnes âgées famille