COVID 19 : l'oxymètre, ce petit appareil qui permet à l’hôpital du Puy-en-Velay de suivre des patients à domicile

Comment désengorger les hôpitaux saturés par les malades du COVID ? Le centre hospitalier du Puy-en-Velay a peut-être trouvé une solution. Une quinzaine de patients sont suivis à domicile grâce à un oxymètre, un petit appareil qui mesure leur taux d'oxygène dans le sang.
 

Grâce à cet oxymètre et à un logiciel dédié, les médecins de l'hôital Emile-Roux du Puy-en-Velay peuvent suivre à distance le taux d'oxygène de patients COVID.
Grâce à cet oxymètre et à un logiciel dédié, les médecins de l'hôital Emile-Roux du Puy-en-Velay peuvent suivre à distance le taux d'oxygène de patients COVID. © E. Brot-Monnier / FTV
A Yssingeaux, en Haute-Loire, deux fois par jour, Eliane mesure le taux d'oxygène dans le sang de sa mère de 94 ans atteinte du COVID 19 avec un petit appareil, un oxymètre, confié par son médecin traitant. Par SMS ensuite, elle transmet le résultat et communique avec l'hôpital. Eliane Béal souligne : « Ce petit appareil constitue vraiment une sécurité. Effectivement, j’encourage les personnes qui sont dans le doute parfois, plutôt que d’être dans l’angoisse, de se demander si elles sont bien oxygénées, à avoir recours à ce petit appareil simple d’utilisation. Il va être rassurant pour tout le monde ».

Un logiciel de surveillance

Les messages arrivent à la cellule COVID de l'hôpital Emile-Roux du Puy-en-Velay. Des infirmières veillent sur les patients, à distance, grâce à un logiciel dédié. Carole Mialon, infirmière, explique : « Si c’est un taux de saturation qui est inférieur à 92 % et que cela les inquiète, on leur donne des conseils par téléphone, soit d’appeler le médecin traitant, soit d’appeler le SAMU, en fonction de ce qui se passe à la maison. Si c’est une seule fois, on ne s’inquiète pas forcément. Si c’est plusieurs fois consécutives, ça peut entraîner des problèmes respiratoires et il vaut mieux avoir un avis médical ».  

Libérer des lits

Grâce à cette plateforme d'intelligence artificielle, déjà utilisée dans les hôpitaux français pour suivre d'autres maladies, une quinzaine de patients atteints de COVID sont surveillés à distance. Il s’agit d’une façon de soulager l'hôpital du Puy-en-Velay, à la limite de la saturation avec 120 patients COVID actuellement. Jean-Marie Bolliet, directeur du Centre Hospitalier du Puy-en-Velay, indique : « On renvoie à domicile des personnes qui garderont quand même un lien avec l’hôpital. Cela sécurise énormément le patient à domicile. Cela nous permet d’écourter de quelques heures parfois un ou deux jours, le séjour hospitalier pour permettre de prendre encore plus de patients COVID sur les lits ainsi libérés ». L'hôpital du Puy-en-Velay a déjà acheté plusieurs centaines d'oxymètres pour cette expérimentation menée avec l'ordre des médecins. La Région Auvergne-Rhône-Alpes envisagerait de l'étendre à d'autres établissements hospitaliers.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus/covid-19 santé société technologies