En Haute-Loire, sur la commune de Saint-Julien-du-Pinet, à une vingtaine de kilomètres au nord-est du Puy-en-Velay, un octogénaire est devenu l'heureux propriétaire du moulin qui a bercé son enfance. En 30 ans, il l'a entièrement restauré pour en faire un lieu de détente et de découverte, qu'il prend plaisir à faire découvrir gratuitement au public.

Au lieu-dit La Varenne, sur la commune de Saint-Julien-du-Pinet (Haute-Loire), le Moulin du Pinard est la propriété de Jacques Darne, un petit coin de paradis à la croisée des chemins.

"Ça rappelle toute mon enfance !", se réjouit l'octogénaire, sur le chemin de ce lieu paisible préservé par la nature. "C’est des souvenirs que je n'ai pas oubliés et que je retrouve un peu à travers la restauration du moulin."

Depuis 28 ans qu’il y travaille, cet ancien instituteur a fait de cet espace un lieu de découverte, avec comme pièce maîtresse, le fameux moulin de son enfance, qu’il a entièrement remis en état de marche.

"C’est le cœur du dispositif, c'est là que ça se passait jusqu'en 1960", nous montre le passionné en nous faisant visiter la vieille bâtisse en bois. Démonstration à l'œuvre en tournant la manivelle qui actionne les multiples engrenages du moulin. "Avant, les paysans descendaient avec un sac de grains sur l'épaule, et une bouteille de vin dans le sac bien évidemment, ce qui justifie l'appellation du Moulin du Pinard."

durée de la vidéo : 00h02mn14s
En Haute-Loire, sur la commune de Saint-Julien-du-Pinet, à une vingtaine de kilomètres au nord-est du Puy-en-Velay, un octogénaire est devenu l'heureux propriétaire du moulin qui a bercé son enfance. En 30 ans, il l'a entièrement restauré pour en faire un lieu de détente et de découverte, qu'il prend plaisir à faire découvrir gratuitement au public. Intervenant : Jacques Darne, propriétaire du Moulin ©L. Cluzel / E. Brot-Monnier / S. Salmon

Jamais sans une bouteille

Alors que la machinerie paysanne s'actionne, plusieurs tintements retentissent à intervalle régulier. "La petite clochette, c'est pour la sécurité, car le temps de mouture oscille entre 40 minutes et une heure, explique le passionné. Mais les gens n'attendaient pas ici, ils mettaient en marche puis ils allaient discuter dehors, boire un coup et pêcher dans la rivière, qui était poissonneuse", se remémore-t-il, en désignant la Suissesse, le ruisseau qui borde et alimente le moulin. Avec les fortes pluies du printemps, l’eau jaillie de toute part dans ce parc soigneusement agencé, qui cache encore quelques trésors...

"Ça fait partie de mes petites collections, cette pièce n'était pas là avant", dit-il en désignant une machinerie artisanale en bois. "C'était la partie mécanique qui activait un gros moulin, il y a plusieurs dizaines d'années, assez loin d'ici. Ça fonctionnait avec une énorme cascade sur la grande roue qui est derrière. Mais comme je n'ai pas pu déménager la cascade, j'ai remplacé par une manivelle."

Il y a une petite forme de nostalgie qu'il est bon de conserver. Il ne s'agit pas de revenir en arrière, mais disons qu'il ne faut pas oublier.

Jacques Darne, propriétaire du Moulin du Pinard (Haute-Loire)

Le moulin du Pinard a cessé de fonctionner à la fin des années 1960, témoin d'une époque à laquelle notre instituteur à la retraite ne tarit pas d'anecdotes. On peut aujourd'hui découvrir le lieu en accès libre et gratuit, ou à l'occasion de visites guidées.