Harcèlement scolaire : "C'est parfois très difficile à voir pour les adultes et pour les enfants"

En Haute-Loire, l’association Justice et partage vient en aide aux victimes de harcèlement scolaire. Plus d'un enfant par classe serait concerné.

Les belles histoires du dimanche
Découvrez des récits inspirants de solidarité et d'altruisme, et partez à la rencontre de la générosité. Émotions garanties chaque dimanche !
France Télévisions utilise votre adresse e-mail afin de vous envoyer la newsletter "Les belles histoires du dimanche". Vous pouvez vous désinscrire à tout moment via le lien en bas de cette newsletter. Notre politique de confidentialité

Selon un audit dévoilé cette semaine par la ministre de l’Éducation nationale, plus d’un enfant par classe serait victime de harcèlement. En Haute-Loire, l’association Justice et partage utilise le film "Un monde" de la réalisatrice Laura Wambel pour ouvrir le dialogue lors de ses interventions auprès des parents et des professionnels au contact des enfants.

"Le harcèlement, de manière générale, prend de plus ne plus de place dans notre action (...) je ne sais pas si c'est parce qu'il y a plus de harcèlement ou parce qu'on peut plus en parler", interroge la directrice de Justice et Partage, Marine Giraud, dans les locaux de l'association au Puy-en-Velay.

Procédures d'éloignement

Les harceleurs ne se rendent pas toujours compte de la gravité de leurs actes, relève Isabelle Cuchet, psychologue : "C’est parfois très difficile à voir pour les adultes et pour les enfants (...) parce qu'il n'y a pas forcément d'intention malveillante de la part du groupe. On fait ça simplement pour être copain avec un autre, pour montrer que nous aussi on est intéressants, on ne pense pas tellement à la victime."

D’où l’intérêt de libérer la parole. Car lorsque la situation s’est installée, les traumatismes peuvent être dramatiques tant sur le plan psychologique pour les enfants victimes. Pour mettre fin au harcèlement, il existe désormais des procédures d’éloignement : "Le directeur de l'établissement va pouvoir saisir un référent à l'académie, qui va proposer à la famille un nouvel établissement pour le jeune qui est auteur du harcèlement, dans la mesure du possible", précise Stephen Favre-Bully, juriste.

Si le harcèlement scolaire a toujours existé, il s’est amplifié avec l’avènement des réseaux sociaux. Il touche toutes les catégories sociales, aussi bien en zone urbaine que dans les campagnes.

Propos recueillis par Laurent Cluzel / France 3