Haute-Loire – Bonne année pour la lentille verte du Puy

Pour les agriculteurs, cultiver la lentille verte du Puy assure une sécurité financière. / © France 3 Auvergne - Elodie Brot-Monnier
Pour les agriculteurs, cultiver la lentille verte du Puy assure une sécurité financière. / © France 3 Auvergne - Elodie Brot-Monnier

En Haute-Loire, c'est le temps de la récolte des lentilles vertes du Puy. Chaque été, la moisson apporte son lot de surprises ou de déception tant la lentille est difficile à cultiver. Pour les quelques agriculteurs qui la produisent, cette année s'annonce favorable.

Par France 3 Auvergne

La lentille verte, sortie de sa gousse, est prometteuse cette année. Ce n'est malheureusement pas toujours le même scénario.

Car l'année 2016 était qualifiée de catastrophique. Les 700 producteurs du plateau en zone AOP, ont vu les rendements sans cesse à la baisse durant sept années consécutives.

Haute-Loire – Bonne année pour la lentille verte du Puy
Intervenants : Olivier Aurand, agriculteur Gaec du Ronzet; David Crespy, agriculteur à St Arcons de Barges; Bruno Coudert, opérateur de silo Entreprise Trescartes - France 3 Auvergne - Elodie Brot-Monnier, Eric Taxil, Magalie Canuto

Pour eux c'est un complément de revenu en plus du lait, très important:

"Au niveau financier, c'est un bon apport, surtout vu les conjonctures du lait, de la viande, des céréales. La lentille, c'est un bon compromis", explique Olivier Aurand, agriculteur Gaec du Ronzet.

Le moral est bon même si au sud du département, des parcelles ont souffert des inondations de juin. Alors la prudence reste de mise :

"Tant qu'elles ne sont pas ramassées, on ne sait pas ce qu'il peut arriver. Un gros orage et la culture peut être tout de suite détruite", prévient David Crespy, agriculteur à St Arcons de Barges.

Au silo de Costaros, l'une des entreprise qui collecte et conditionne la légumineuse dans le secteur auprès de 300 agriculteurs, voit arriver la perle verte en quantité enfin suffisante pour répondre au marché.

"Pendant des années, on a été limité en quantité commerciable. Le problème est qu'avec ces quantités que nous n'avons pas pu commercialiser, on a toujours la crainte que les consommateurs se détournent du produit. Pouvoir renouveler et vendre de la lentille permettra de sécuriser les marchés futurs", indique Bruno Coudert, opérateur de silo Entreprise Trescartes.

Le verdict pour une bonne récolte sera rendu fin août début septembre. Mais pour le moment, tout est au beau fixe.

Sur le même sujet

A Clermont-Ferrand et Chamalières (63), mobilisation des personnels de Sainte-Marie

Près de chez vous

Les + Lus