Haute-Loire : Madama Diawara est sorti du centre de rétention à Lyon

Le jeune Malien, Madama Diawara, qui avait été placé en centre de rétention et menacé d'expulsion, a été libéré ce vendredi 12 mars. Ses proches l'ont annoncé sur les réseaux sociaux.

Rassemblement de soutien mercredi 10 mars devant la préfecture de Haute-Loire au Puy-en-Velay contre la menace d'expulsion de Madama Diawara.
Rassemblement de soutien mercredi 10 mars devant la préfecture de Haute-Loire au Puy-en-Velay contre la menace d'expulsion de Madama Diawara. © M. Pitavy / FTV

"Madama est sorti de rétention" : le message a été publié vendredi 12 mars sur les réseaux sociaux par les proches du jeune Malien. "C'est une super nouvelle, mardi, il a rendez-vous pour la levée de son obligation de quitter le territoire français" continue le message.

Une forte mobilisation en Haute-Loire pour le jeune Malien

Le jeune Madama Diawara âgé de 19 ans, a été conduit, mardi 9 mars, vers le centre de rétention administrative de Lyon pour ensuite être expulsé. Il a été accueilli en décembre 2018 par un couple en Haute-Loire, après avoir traversé la Méditerranée puis les Alpes jusqu'à Briançon. Il a été inscrit dans un établissement pour obtenir un CAP d'ouvrier agricole et avait effectué un premier stage chez un couple d'éleveurs qui lui avait proposé un contrat d'apprentissage.
La préfecture de Haute-Loire refusait de délivrer l'autorisation de travail et le titre de séjour. Le compagnon de Mme De Marconnay, Eric Durupt, a entamé une grève de la faim le 30 janvier pour réclamer sa régularisation, avant d'y mettre un terme quinze jours plus tard dans l'espoir d'une nouvelle décision.

Rassemblement samedi 13 mars 
 

En Haute-Loire, la situation du jeune homme avait suscité une vague de mobilisations. Une pétition avait recueilli plus de 35.800 signatures.
Une manifestation de solidarité est prévue à partir de 10 heures, samedi 13 mars, devant la préfecture de Haute-Loire. 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
solidarité société réfugiés