Annecy : deux hommes écroués pour avoir roué de coups un employé de fast-food

Deux hommes de 21 et 29 ans ont été condamnés à des peines d'emprisonnement pour avoir roué de coups un employé de fast-food à Epagny, en Haute-Savoie. Leur interpellation a entraîné l'ouverture d'une enquête pour proxénétisme aggravé par la compagnie de gendarmerie d'Annecy.

Les gendarmes de la compagnie d'Annecy-Meythet sont en charge de l'enquête. (Illustration)
Les gendarmes de la compagnie d'Annecy-Meythet sont en charge de l'enquête. (Illustration) © DENIS CHARLET / AFP
Interpellés pour des violences en réunion sur un employée de fast-food, deux individus font l'objet d'une enquête pour proxénétisme aggravé. "Mécontents d'attendre", les auteurs âgés de 21 et 29 ans ont agressé un homme, qui travaille dans une grande chaîne de restauration rapide à Epagny (Haute-Savoie), alors qu'il faisait la régulation des voitures sur le parking le 5 juin.

Roué de coups, il a été transporté au centre hospitalier Annecy-Genevois "avec de multiples fractures au visage et des points de suture sur le nez et à l'arcade", rapporte la compagnie de gendarmerie d'Annecy qui a conduit cette enquête. Il a bénéficié d'une incapacité temporaire de travail (ITT) pénale de 10 jours.

Les deux hommes sont connus de la justice pour avoir commis "d'autres méfaits". Ils ont pris la fuite juste après l'agression mais ont pu être identifiés par les militaires et interpellés à Avignon et Seynod sur mandat de recherche. D'abord placés en détention provisoire, ils ont été jugés coupables de "violences en réunion" lors de leur comparution immédiate devant le tribunal judiciaire d'Annecy vendredi 9 octobre.

 

Enquête pour "proxénétisme aggravé"


Le conducteur du véhicule, âgé de 29 ans, a été condamné à 3 ans d'emprisonnement dont un an avec sursis, assortis de l'interdiction d'entrer en contact avec la victime et d'une obligation d'indemnisation. Le passager de 21 ans restera en détention pendant un an et se voit interdire le port d'une arme soumise à autorisation pendant cinq ans.

L'interpellation des deux hommes a permis aux militaires de mettre au jour un autre délit. La petite amie du premier "se (livrait) à la prostitution" dans une chambre d'hôtel louée par ce dernier lors de leur séjour en Haute-Savoie. Selon les premiers éléments recueillis par les gendarmes, le mis en cause s'occupait de "prendre les rendez-vous" pendant que sa compagne effectuait les passes. L'enquête pour proxénétisme aggravé est toujours en cours.

 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
violence faits divers justice société