Coronavirus : pourquoi il y a plus de chlore dans l'eau du Grand Annecy en cette période de confinement

En France, certains réseaux d'eau ont augmenté le dosage de chlore dans l'eau potable en cette période de confinement. C'est notamment le cas dans l'agglomération d'Annecy. Explications. 
© Alastair Pike / AFP
Comme Toulouse, Strasbourg et de nombreuses autres collectivités en France, le Grand Annecy a augmenté le dosage de chlore dans le réseau d’eau potable. Pourquoi et avec quelles conséquences ? Jérôme Cimetière, directeur du service de l’eau potable du Grand Annecy, nous explique. 


Pourquoi augmenter le dosage du chlore dans l’eau potable ? 

"Il y a quinze jours, l’ARS (Agence Régionale de Santé), qui est notre autorité de tutelle, nous a demandé de procéder à la chloration de l'eau", explique Jérôme Cimetière. "Il s’agit d’une mesure préventive. Comme tous les réseaux, nous pouvons rencontrer ponctuellement des problèmes de qualité de l’eau dûs par exemple à des fortes pluies, qui entraînent alors des actions correctives de notre part. C’est cela que l’on veut éviter. En cette période de confinement, il serait plus compliqué d’organiser une distribution de bouteilles d’eau potable en cas de crise."

L'ajout de chlore a plusieurs intérêts. "Le chlore permet une oxydation immédiate, c’est-à-dire que son action va dissoudre les cellules des bactéries et virus. Il a aussi une autre vertu, celle de conserver la qualité sanitaire de l’eau, notamment quand l’eau stagne dans les tuyaux entre le réservoir et le robinet de l’abonné le plus éloigné".


De quelle quantité de chlore parle-t-on ?

Selon Jérôme Cimetière, "le dosage de chlore est de 0,1 milligramme à 0,3 milligramme par litre d’eau. Ce sont des petites quantités, que l’on retrouve dans beaucoup de réseaux de France." En temps normal, certaines ressources sont chlorées et d'autres pas du tout. Cela dépend des arrêtés préfectoraux qui s’appliquent pour chaque ressource. "Sur le Grand Annecy, cette mesure n’induit pas de changement de dosage sur le coeur urbain d’Annecy, mais un changement dans le Pays d’Alby-sur-Chéran par exemple."
 

Quel est l'impact sur l'eau que nous consommons ? 

Dans un communiqué, le Grand Annecy rappelle que "l’eau du robinet peut être consommée en toute confiance (...). Les informations de l'Agence de Santé et de l'Organisation Mondiale de la Santé confirment que le Covid 19 n'est pas présent dans l'eau et ne montre pas de résistance particulière aux traitements habituels de l'eau potable."

"Le principal reproche que l’on peut faire au chlore, c’est qu’il rend le goût de l’eau pas très agréable", ajoute Jérôme Cimetière. "En revanche, il n’est pas responsable de problème de "dureté de l’eau" qui peut assécher la peau et que l’on peut avoir quand l’eau est calcaire."


Cette période de confinement a-t-elle un effet sur la consommation d'eau ? 

Depuis le début du confinement, Jérôme Cimetière constate que "la consommation d’eau a baissé de 5% en raison de l’arrêt de nombreux secteurs d'activité comme la restauration et l'hôtellerie. En temps normal, on observe des variations durant la semaine avec une consommation plus forte durant les jours ouvrés que le week-end. En ce moment on est sur un profil lissé du lundi au dimanche."
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
covid-19 santé société