Covid-19 : Annecy, première grande ville des Alpes à réduire sa zone de port du masque obligatoire

La ville d'Annecy a décidé de réduire sa zone de port du masque obligatoire, à partir de ce mardi 1er juin. Le périmètre est dorénavant uniquement limité au centre-ville et ne concerne plus les abords du lac.

Illustration. Le port du masque reste obligatoire dans le centre-ville d'Annecy jusqu'au 30 juin.
Illustration. Le port du masque reste obligatoire dans le centre-ville d'Annecy jusqu'au 30 juin. © Grégory Yetchmeniza/MaxPPP

En concertation avec la préfecture de Haute-Savoie, la ville d'Annecy a décidé de réduire sa zone de port du masque obligatoire à partir de ce mardi 1er juin.

Seul le centre-ville est encore concerné par le périmètre de restriction. Et ce jusqu'au 30 juin.

"Les bords de lac, la promenade et la base nautique des Marquisats, le quai de la Tournette, les Jardins de l’Europe, le Pâquier, le parc Charles Bosson, la promenade, la presqu’île et la plage d’Albigny, ne sont ainsi plus concernés par l’obligation de port du masque", détaille le communiqué de la mairie.

En rouge, le nouveau périmètre de port du masque obligatoire à Annecy.
En rouge, le nouveau périmètre de port du masque obligatoire à Annecy. © Ville d'Annecy/IGN, Esri

Première grande ville des Alpes à réduire son périmètre

L'arrêté préfectoral, en vigueur depuis ce mardi 1er juin, ajoute que "le port du masque est obligatoire sur les marchés pour les personnes de plus de 11 ans".

"La prudence reste recommandée, en particulier le respect des gestes barrières", ajoute le communiqué.

La ville d'Annecy apparaît comme la première grande commune des Alpes à prendre une telle décision depuis l'apparition de la deuxième vague de l'épidémie.

Pour cause, la préfecture de l'Isère indique que le port du masque reste obligatoire dans les rues des communes de plus de 2 000 habitants.

En Savoie, la préfecture de Chambéry a rendu le port du masque obligatoire sur l'ensemble du département entre 6h et 21h pour toute personne de onze ans ou plus.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
covid-19 santé société