Défi : il nage 32 kilomètres dans le lac d'Annecy pour sensibiliser à la sécheresse

Alors que le niveau du lac d'Annecy est au plus bas, l'éco-aventurier Matthieu Witvoet s'est lancé pour défi de le traverser à la nage ce samedi. Son objectif : sensibiliser à la sécheresse et à ce qu'on appelle l'eau virtuelle.

En novembre 2021, il avait réalisé l'exploit de traverser le lac Titicaca à la nage avec Théo Curin. Pour son nouveau défi, Matthieu Witvoet a choisi de s'attaquer à un lac beaucoup plus petit et dans une eau où la température est franchement plus agréable : le lac d'Annecy. Et cette fois-ci, l'objectif n'est pas de sensibiliser au handicap, mais à la sécheresse, après un été de tous les records. 

"J'habite à Annecy depuis janvier, et comme je vais nager tous les jours dans le lac, j'ai vu son niveau baisser progressivement", raconte l'éco-aventurier de 28 ans. En effet, le lac a perdu environ 40 centimètres depuis le début de l'été. "Mon idée est donc partie de cette frustration. Je me suis demandé : qu'est-ce que je peux faire à mon échelle pour alerter le public sur cette problématique ?", poursuit-il. 

Sécheresse et eau virtuelle

Ce samedi 10 septembre, il est donc parti à 5 heures de la plage de Doussard pour traverser le lac annécien à la nage dans un sens, puis revenir dans l'autre. Soit 32 kilomètres et 11 heures d'effort.

"Ca a été très difficile notamment à l'aller, j'ai cru que je n'allais pas y arriver. Mais la thématique de l'eau me tient tellement à cœur qu'elle m'a portée durant ma traversée", raconte-t-il au lendemain de son défi. Au-delà du constat alarmant de la sécheresse du lac, Matthieu Witvoet tient également à aborder les solutions citoyennes à mettre en place. 

"Il existe un concept assez peu connu qui s'appelle l'eau virtuelle. En France, chaque personne consomme 4 000 litres d'eau par jour en moyenne", indique-t-il. Dans ces 4 000 litres, une petite partie est directement liée à notre consommation de l'eau du robinet. Le reste est lié à nos modes de consommation, comme l'alimentation, les vêtements ou encore les objets numériques.

Des solutions pour limiter sa consommation d'eau

"Par exemple, il faut 15 000 litres d’eau pour produire 1 kilo de bœuf industriel, soit 1 000 fois plus qu’un kilo de pommes de terre, cite l'éco-aventurier. La première chose que nous pouvons faire, c'est donc de diviser par deux notre consommation de viande." Autres solutions : installer un récupérateur d'eau de pluie, limiter les fuites ou encore utiliser un mousseur dans la douche. 

"Au final, ce sont des gens assez simples à appliquer si on veut travailler à la résilience de notre territoire. A Annecy, il y a tellement de gens qui sont passionnés par le lac qu'on peut forcément arriver à quelque chose", espère le jeune homme. 

D'après les prévisions de Météo France, l'automne sera particulièrement sec. Le niveau du lac d'Annecy continuera donc sa course folle. 

L'actualité "Environnement" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Environnement" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité