Haute-Savoie : l'association “le Polyèdre” épinglée par la Cour des comptes

© Google Maps
© Google Maps

Dans un rapport rendu public le 6 février 2018, la Cour des comptes épingle l'association socio-culturelle "Le Polyèdre", située à Seynod, près d'Annecy (Haute-Savoie). En 2011, le directeur de l'établissement utilisait la carte bancaire de l'association pour usage privé. 

Par France 3 Alpes

Depuis plus de 40 ans, le Polyèdre, association basée à Seynod, près d'Annecy organise conférences, expositions et spectacles à destination de ses 2 500 adhérents. Mais l'établissement à vocation socio-culturelle est aujourd'hui épinglé par la Cour des comptes.

La chambre régionale des comptes Auvergne-Rhône-Alpes s'est penchée sur les exercices des années 2010 à 2016. Dans son rapport d'observations définitives publié le 6 février, elle souligne la mauvaise gestion de l'association et notamment "des défaillances majeures" au sein de la direction. 

"Ainsi le 1er octobre 2011, en utilisant irrégulièrement la carte bancaire de l’association, le directeur a acheté du mobilier pour son usage privé, qu’il a fait livrer à son domicile personnel, pour un montant de 1 800 € (ce montant a été fractionné en deux règlements de 900 €, afin de contourner un plafond d’engagement).

Cette malversation n’a pu être relevée lors de la vérification mensuelle du relevé bancaire et la régularisation n’est intervenue qu’en avril 2012, par le remboursement des sommes dues par l’intéressé après mise en demeure par le président
", peut-on lire dans ce rapport.

Si la qualité des activités proposées n'est pas remise en cause, la Cour des comptes pointe également la dégradation des conditions de travail : "mauvaises relations de travail, un management trop autoritaire et peu respectueux". Sur les six années prises en compte, la chambre a comptabilisé quatre ruptures conventionnelles, et cinq licenciements. 

Pour mettre un terme à ces pratiques, la Cour des comptes émet une série de quatre recommandations, notamment la mise en place de "procédures de contrôles internes", jugées pour l'heure insuffisantes.


A lire aussi

Sur le même sujet

En Haute-Loire, le 'plan loups"' divise.

Près de chez vous

Les + Lus

Les + Partagés