Ils volent des remorques avec 3 millions d'euros de marchandises : deux individus mis en examen

Deux personnes ont été mises en examen et incarcérées pour de nombreux faits de vols de fret en bande organisée, a indiqué le parquet d'Annecy ce mardi 20 février. Neuf tracteurs, 23 remorques et de la marchandise d'une valeur de 3 millions d'euros ont été retrouvés lors des perquisitions.

Deux personnes, âgées de 43 et 39 ans, ont été mises en examen et incarcérées dans le cadre d'une vaste enquête sur des vols de fret "de grande ampleur", a indiqué le parquet d'Annecy ce mardi 20 février.

Les premiers faits remontent à l'été 2023. Dans plusieurs départements (l'Ain, la Haute-Savoie, la Loire, l'Isère et le Rhône), des vols de remorques sont constatés. Le mode opératoire est identique : les auteurs ciblent des ensembles routiers et s'emparent du container. La cargaison est ensuite stockée dans des entrepôts ou laissée à même le bord de route ou sur certains parkings.

Une enquête, portant sur 18 faits, est alors ouverte pour "vol en bande organisée" par le parquet d'Annecy. Celle-ci est confiée à la section de recherches de Chambéry et permet rapidement d'identifier deux des principaux auteurs, originaires du Rhône et du nord-Isère.

250 palettes de matériels et objets volés

Pour "mettre un coup d'arrêt à cette équipe", une opération judiciaire est déclenchée le 13 février dernier. Elle permet l'interpellation des deux mis en cause, qui sont placés en garde à vue.

Au cours des perquisitions, les forces de l'ordre découvrent de nombreux objets en lien avec les vols. Un véhicule, mais aussi de l'argent, de la maroquinerie, et des bijoux sont saisis "au titre des avoirs criminels", indique le parquet.

Les découvertes des enquêteurs ne s'arrêtent pas là : 9 tracteurs et 23 remorques volés sont retrouvés et rendus à leurs propriétaires. Cinq entrepôts sont perquisitionnés. À l'intérieur, les gendarmes mettent la main sur 250 palettes de matériels et objets volés : des cartons de vin, de l'électroménager, des filtres de véhicules, du linge, de la peinture, des ustensiles de cuisine... Le tout est estimé à plus de 3 millions d'euros. Cette marchandise a également été restituée à leurs propriétaires, indique le parquet.

Les deux gardés à vue ont reconnu partiellement leur implication dans les faits. Présentés au juge d'instruction le 16 février dernier, ils ont été mis en examen et placés en détention provisoire.