"On travaille pour des grandes maisons parisiennes", à côté du lac d'Annecy, une école forme les bijoutiers de demain

Au bout du lac d'Annecy, à Faverges, se trouve une école de production en bijouterie unique en France. Les élèves y apprennent en un même lieu la pratique et la théorie de la bijouterie aux côtés de professionnels. Ils sont formés aux métiers d'art dans le domaine du bijou, du joyau et au métier de polisseur.

Ils sont les bijoutiers de demain. Depuis le début de l’année, une trentaine d’élèves étudie à l’école de production en bijouterie située à Faverges, en Haute-Savoie. Pendant deux ans, ils apprennent toutes les facettes du métier : fabrication, assemblage, polissage et mise en forme. "Moi ce qui m’a attiré dans ce métier, c’était de partir de rien, d’une bande de métal et de pouvoir faire des bijoux qui étaient brillants, jolis à voir et agréables à porter. C’est assez plaisant. Et travailler le métal, c’est assez intéressant, car pour faire une seule chose, il y a beaucoup de manières de faire, il y a beaucoup de techniques et on est constamment en train de l’apprendre. C’est très enrichissant", explique Paul Vetter, étudiant à l’école de bijouterie.

25 heures par semaine en atelier 

Molly, étudiante en deuxième année de CAP, explique quant à elle avoir trouvé sa vocation : "J’ai découvert que la bijouterie, c’était ma destinée. Je ne connaissais pas du tout le métier. Tout est fait pour moi dans ce monde, les bijoux, la création, le dessin, et le fait de pouvoir créer ses propres œuvres, j’ai toujours été créative depuis toute petite. Je suis très minutieuse."

Cette école, créée en 2021 par Olivier Fruchard, est la seule école de production de bijouterie en France. Après l’apprentissage des bases théoriques du métier et de ses différentes techniques, les élèves passent 25 h par semaine en atelier pour fabriquer des bijoux.

"Ici, les jeunes passent 2/3 de leur temps en production, contrairement à des lycées plus traditionnels où ils passent 10 h par semaine dans des ateliers, explique le directeur Olivier Fruchard. La grosse particularité, c’est que l’on s’appuie sur une forme pédagogique qui est unique qui s’appelle le faire pour apprendre, les jeunes fabriquent de véritables pièces pour des grandes maisons parisiennes."

Des bijoux pour des maisons de luxe

Une fois le bijou terminé, tout le travail de l’élève est inspecté à la loupe par des maîtres professionnels pour répondre à l’industrie du luxe. Car ici, les bijoux sont fabriqués pour des grandes maisons parisiennes.

"On a de grosses contraintes qualités à rendre, on surveille tout, on contrôle tout. C’est pour ça que nos maîtres pros, qui encadrent nos jeunes, ont au moins 5 à 10 ans de métier. Sur la qualité des soudures par exemple, il faut qu’elles soient fines et précises," informe le directeur.

Face au succès que rencontre cette école, qui est gratuite pour les élèves, une classe supplémentaire va ouvrir en septembre prochain. Cela va permettre de répondre aux besoins d’une profession sous tension. 

L'actualité "" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité