"Un moment important pour la montagne" : la Fédération française de ski inaugure son nouveau siège à Annecy

Le nouveau siège social de la Fédération française de ski (FFS) a été dévoilé ce vendredi 1er mars à Annecy (Haute-Savoie) en présence de la ministre des Sports Amélie Oudéa-Castéra. L'inauguration de ce site intervient dans une année olympique, quelques mois avant la désignation du futur hôte des JO d'hiver 2030.

La nouvelle maison de la Fédération française de ski (FFS) a été inaugurée, ce vendredi 1er mars, à Annecy-Meythet, tout près de l'aérodrome.

Ce bâtiment bioclimatique, flambant neuf en béton et en bois, s'étend sur une surface de 2 000 mètres carrés. Le coût total des travaux, menés depuis 2022, est estimé à 6,3 millions d'euros, financés à hauteur de 1,9 million d'euros par la Région, tout autant par le Département de la Savoie, ainsi que par la communauté d'agglomérations du Grand Annecy (500 000 euros). L'Agence nationale du sport (ANS) a, elle, participé à hauteur de 700 000 euros.

"Sans ce soutien, la construction de ce site aurait été impossible. Et nous n'aurions pas pu faire face aux enjeux d'une fédération sportive plus forte, parce que c'est bien notre objectif. 2024 : année du centenaire de la Fédération, du centenaire de la FIS (la Fédération internationale, NDLR), du centenaire des JO de Chamonix, mais aussi année des Jeux de Paris et de l'attribution tant attendue des Jeux d'hiver 2030 dans les Alpes françaises... L'année de l'inauguration de ce siège, c'est exceptionnel", s'est réjoui Fabien Saguez, président de la FFS.

Ces nouveaux locaux doivent accueillir 30 salariés permanents de la FFS et près de 250 intervenants auprès des différentes équipes de France. La Fédération représente près de 130 000 adhérents et 1 500 clubs à travers neuf disciplines.

"Un moment important" pour Amélie Oudéa-Castéra

Présente à l'occasion de cette journée, la ministre des Sports, Amélie Oudéa-Castéra, s'est félicitée d'un nouvel élan pour la FFS à un moment charnière pour la montagne : "C'est un moment important pour accompagner la montagne, sa transition écologique. Mais c'est aussi une dynamique formidable pour le sport français, le ski et le biathlon."

La ministre a rappelé que, dans quelques mois, le Comité international olympique (CIO) rendra son avis définitif sur la candidature des Alpes pour l'organisation des JO d'hiver 2030 : "Nous avons la volonté que ces Jeux permettent, dans une logique d'héritage, d'arriver à promouvoir la pratique du ski, des sports d'hiver et plus largement la pratique sportive dans un contexte où nous sommes dans une année de grande cause nationale, pour la première fois en 46 ans, dédiée à l'activité physique et sportive." Portée par les régions Auvergne-Rhône-Alpes et Sud, la candidature française est désormais en dialogue exclusif avec le CIO.

Installé auparavant sur les bords du lac d'Annecy, le siège de la FFS reste ainsi dans le giron haut-savoyard. Une bonne nouvelle selon la ministre : "Elles sont quatre ou cinq fédérations à être décentralisées. Je trouve que c'est une bonne chose. Ici, ça se justifie tout particulièrement avec cette proximité avec nos massifs."