VIDÉO. "On joue avec la prise de risque" : la funambule Johanne Humblet en spectacle à Annecy pour un ballet aérien

durée de la vidéo : 00h02mn23s
la funambule Johanne Humblet en spectacle à Annecy sur un fil de fer ©France Télévisions

Avec "Révolte ou tentatives de l’échec", la funambule Johanne Humblet clôture un triptyque tourné vers le dépassement de soi et le désir de rencontre. Cette création est née à Annecy sur les planches de la scène nationale de Bonlieu et sera jouée à partir de ce mercredi 11 octobre.

Un fil de fer d’1,2 centimètre installé à deux mètres du sol. C’est là que l’équilibriste Johanne Humblet va jouer pendant près d’une heure, sans attache ni filet de sécurité, pour son spectacle "Révolte ou tentative de l’échec". Troisième volet d’un triptyque "made in Annecy" imaginé par des ingénieurs, des machinistes et par cette étonnante funambule, directrice artistique de la compagnie Les filles du renard pâle.

Prendre des risques pour avancer 

Avec elle sur scène, quatre autres femmes - deux musiciennes et deux circassiennes - dont l’une évolue avec elle sur le fil de fer : "Il y en a une qui fait de la voltige aérienne. Je l’amène à des endroits inconnus pour elle, je lui fais faire des choses qu’elle n’a jamais vraiment faites, je l’amène sur le fil avec moi alors qu’elle ne fait pas de fil. Je pousse les artistes, et même l’équipe technique, à dépasser leurs limites, à aller dans des endroits d’inconfort pour faire des nouvelles choses, se mettre en danger, prendre des risques. Pour moi, il faut prendre des risques pour avancer."

D’habitude, son credo à elle, ce sont les traversées aériennes sans filet à 60 mètres du sol, sur un fil épais comme le doigt d’une main. 

"Le fil, c’est l’endroit où je suis bien. C’est mon métier. Je suis très à l’aise dessus, je fais plein de choses. La concentration, elle est là mais finalement, on l’oublie, ça fait partie d’un tout. C’est un dialogue avec les partenaires de jeu, avec le public aussi. Je ne suis pas centrée sur moi, pas du tout, ce n’est pas l’objectif. Chaque geste que je fais, ce n’est pas pour la performance technique, c’est pour raconter quelque chose, c’est pour donner à des gens et pour recevoir aussi."

L'artiste a imaginé un triptyque, un spectacle en trois volets, "Résiste" (2019), "Respire" (2021) et "Révolte ou tentative de l'échec" (2023) qui est joué en salle.

L’artiste a conçu ce troisième volet "comme une urgence", celle de vivre et de s'opposer à tout carcan. La funambule belge déroule dans cette nouvelle création un fil ténu entre échec et espoir, un jeu spectaculaire dont le prix est la liberté, nous dit-elle : "Ce spectacle parle du chemin de la révolte et pas tellement de la révolte. C'est comment on arrive à la révolte, comment on fait pour arriver à être avec les autres car ensemble, on est plus fortes. Comment on arrive à se rencontrer, à s’aider, à s’entraider, puis repartir pour finalement finir vers une ascension collective et ouvrir des portes vers autre chose et faire une révolte collective."

Tenir en haleine le public 

"Pendant les grandes traversées, le public me dit qu’il a les mains moites, qu’il retient son souffle pendant une heure, qu’il est en tension, mais parce que je joue avec ça aussi ; le dépassement de soi, le dépassement des limites, jouer avec la prise de risque. Ce que l’on fait, c’est fort, c’est fou. Là, c’est trois ans de création, mais c’est travaillé et on joue avec ça donc c’est sûr que le public est tenu en haleine", conclut l’artiste.

Le spectacle de Johanne Humblet est à voir en avant-première à Annecy du 11 au 14 octobre sur la scène nationale de Bonlieu.

L'actualité "Culture" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Culture" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité