VIDEO. On l'appelle la "Coluchette" ou l'ange-gardien : rencontre avec Dalila Bellachia à Annemasse, en Haute-Savoie

Dans le quartier Perrier, à Annemasse, tout le monde la connaît. Certains l'appellent la Coluchette ou bien l'ange-gardien des pauvres. Dalila Bellachia est toujours là pour les autres, ceux qui ont faim, ceux qui sont seuls ou qui ont besoin d'aide.

Cela fait plus de 10 ans que Dalila Bellachia vient en aide aux plus démunis à Annemasse et depuis avril 2019 elle a créé une association Nejma étoile Solidaire. Son but : lutter contre la précarité et l'isolement social. Elle organise des activités pour les enfants, des repas partagés (avant la crise sanitaire), des friperies, des distributions de denrées alimentaires et organise chaque jour ou presque des maraudes pour apporter des repas chauds aux SDF de la ville.

 

Pas de subvention, que des dons

Dalila est une célébrité dans le quartier Perrier. Tout le monde la connaît ou presque et elle a un très bon réseau ce qui lui permet d'aider des dizaines de familles chaque semaine sans aucune subvention. Le boucher du coin lui fournit régulièrement de la viande dont la date de péremption approche et lui fait profiter des promotions. Et elle reçoit régulièrement des dons divers et variés à redistribuer comme ces caisses de chocolat données par l'aéroport de Genève. Quand je vous disais qu'elle a un bon réseau !!!

 

Une envie de partager

Si Dalila passe son temps à aider les autres, c'est pour partager. Le quartier Perrier, c'est son quartier de coeur, elle a grandi à proximité, alors elle n'oublie pas, même si aujourd'hui elle vit ailleurs avec mari et enfants. "Je suis propriétaire, pour moi tout va bien en fait. Après, j'ai plein de copines, de personnes que je connais, avec qui j'ai grandi qui ont pas la chance d'avoir la même vie que moi donc je les aide à se sortir un peu de toute cette misère", explique Dalila qui s'amuse des surnoms que certaines personnes lui ont donné dans le quartier. "Coluchette" en référence au créateur des Restos du Coeur ou "l'ange-gardien des pauvres". Mais elle se défend "Je ne suis pas un ange, j'ai un sale caractère".

Du caractère, Dalila n'en manque pas mais elle a aussi beaucoup de courage et de détermination. Elle passe le plus clair de son temps au service des autres même si la mauvaise foi de certains la décourage parfois. "La dernière fois j'ai eu une dame qui est venue et qui m'a volé du lait. Je lui ai dit pourquoi tu voles du lait puisque je vais t'en donner ? Y'a des personnes qui travaillent, qui peuvent s'en sortir et qui nous mentent." Mais Dalila ne baisse pas les bras aidée par son "réseau". Ici une restauratrice qui donne des bons repas gratuits, là une esthéticienne qui propose des soins pour les femmes déprimées, et tous les bénévoles du quartier qui viennent prêter main forte pour porter les courses au domicile des plus fragiles, préparer des repas chauds à distribuer aux SDF ou encore des sacs de denrées alimentaires pour les familles dans le besoin.

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
portrait solidarité société