Haute-Savoie : un réseau d'"Uber shit" démantelé dans la vallée de l'Arve, trois personnes mises en examen

Publié le
Écrit par Antoine Belhassen .

Un réseau de trafic de stupéfiants de type "Uber shit" et d'extorsion avec arme a été démantelé dans la vallée de l'Arve, indique la procureure de la République de Bonneville, ce lundi 4 avril. Quatre individus ont été interpellés, dont trois ont été mis en examen.

Trois individus âgés de 19 à 21 ans ont été interpellés et mis en examen en fin de semaine dernière, indique la procureure de Bonneville, Karline Bouisset, ce lundi 4 avril. Tous sont accusés d'avoir pris part à un trafic de stupéfiants de type "Uber shit", mais également d'extorsion avec arme, d'enlèvement et de séquestration avec actes d'intimidation.

Les réseaux d'"Uber Shit", caractérisés par l'utilisation des réseaux sociaux et la livraison à domicile, se généralisent en France depuis quelques années. C'est dans la vallée de l'Arve que les gendarmes de la communauté de brigades de Sallanches et ceux de la brigade de recherches de Chamonix sont parvenus à en démanteler un, fin mars.

Les suspects avaient mis en place un réseau de revente de résine et d'herbe de cannabis entre début 2021 et mars 2022. Ils opéraient principalement en véhicules sur les secteurs de Saint-Gervais-les-Bains, Le Fayet, Passy et Sallanches et se rendaient directement chez les consommateurs.

Placés en détention provisoire

Au terme de trois mois d'enquête, quatre personnes ont été interpellées. L'un d'entre eux a été mis hors de cause au stade de la garde à vue.

L'organisateur du trafic et son principal complice ont été placés en détention provisoire dans les maisons d'arrêt de Bonneville et Aiton. "L'autre complice, dont l'implication était moindre, a été placé sous contrôle judiciaire strict", indique la procureure dans un communiqué.

"Les perquisitions (...) ont permis la saisie de trois véhicules, de numéraires, d'objets et substance relatifs au trafic de stupéfiants, ainsi que la saisie des comptes bancaires des intéressées", conclut son document.

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer des newsletters. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas des e-mails. Notre politique de confidentialité