Mont-Blanc : les refuges du Goûter et de Tête Rousse ferment "jusqu'à nouvel ordre" pour dissuader les candidats à l'ascension

Publié le Mis à jour le
Écrit par M.D.

Le maire de Saint-Gervais a pris un arrêté imposant la fermeture des refuges du Goûter et de Tête Rousse, sur la voie normale d'accès au mont Blanc. Cette mesure prend effet ce vendredi et restera en vigueur "jusqu'à nouvel ordre" face à la dangerosité de l'ascension.

Des conditions plus dangereuses que jamais sur la voie normale du mont Blanc. Les fortes chaleurs et la sécheresse rendent l'itinéraire vers le toit de l'Europe très difficilement praticable en raison de chutes de pierres importantes, notamment dans le couloir du Goûter.

Déplorant que de "trop nombreux candidats à la mort voire au suicide" s'aventurent sur la voie normale, le maire de Saint-Gervais (Haute-Savoie) a pris un arrêté imposant la fermeture des refuges du Goûter et de Tête Rousse dès ce vendredi 5 août et pour une durée indéterminée. Cette décision "vise à réduire au maximum le risque d’accidents pouvant mettre en péril à la fois les pratiquants de la montagne et les services de secours qui seraient amenés à intervenir", confirme la préfecture de Haute-Savoie.

"Il y a des alpinistes qui nous bouffonnent, qui passent devant les gendarmes et qui disent : 'De toute façon, moi, j'y vais et je saute entre les cailloux'. Là, c'est stop, on ferme les refuges. Il y aura toujours les gendarmes et la brigade blanche pour faire respecter cet arrêté", fait savoir le maire de la commune, Jean-Marc Peillex, au micro de France 3 Alpes.

Ce jeudi encore, plusieurs dizaines d'alpinistes étaient encore au niveau des deux refuges, selon la mairie. Au même moment, en milieu de journée, un énième éboulement s'est produit dans le couloir du Goûter, filmé par des alpinistes sur place. De gros blocs se sont détachés de la montagne. La traversée de ce couloir est "non pas périlleuse mais quasi-mortelle", insiste la mairie dans un communiqué.

Fermeture "jusqu'à nouvel ordre"

L'édile estime que les recommandations des autorités, appelant à reporter les ascensions du mont Blanc, "ont été piétinées et bafouées par de trop nombreux candidats à la mort voire au suicide". "Leur bêtise me contraint et me force à faire preuve d'autorité" en prenant un arrêté municipal imposant la fermeture des deux refuges, regrette Jean-Marc Peillex. Cette mesure restera en vigueur "jusqu'à nouvel ordre".

Le maire de Saint-Gervais proposait il y a quelques jours de faire payer une caution de 15 000 euros à chaque alpiniste souhaitant emprunter la voie normale afin de couvrir les frais de secours et des obsèques. "Ils veulent faire l'ascension avec la mort dans le sac à dos, alors anticipons les frais pour leur porter secours et ceux de leur sépulture", s'emportait le maire, selon qui cette proposition est à lire "au second degré".

Les compagnies des guides de Chamonix et Saint-Gervais ont suspendu leurs ascensions du mont Blanc depuis mi-juillet face à la dangerosité des conditions sur l'itinéraire. La fermeture de ces deux refuges pourrait mettre un terme aux ascensions du mont Blanc cet été.

La mairie réfléchit à plus d'interdictions, selon la météo, dès l'été prochain. Il y aura plus de réactivité et de fermetures à l'avenir, prévient la municipalité. Quant aux guides, ils rappellent que d'autres activités sont possibles en montagne. Ils disent s'adapter et proposer d'autres courses moins dangereuses.