• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • SPORT

Nancy-sur-Cluses vit au ralenti depuis la fermeture de sa route principale à cause d'un éboulement

La D119 est fermée pour trois semaines à cause des intempéries de la semaine dernière. / © Maxime Quemener / France 3
La D119 est fermée pour trois semaines à cause des intempéries de la semaine dernière. / © Maxime Quemener / France 3

Les récentes intempéries ont entraîné la fermeture d'une route à Nancy-sur-Cluses, près de Cluses, en Haute-Savoie. Trois semaines de travaux pendant lesquelles une déviation a été mise en place. Ce qui freine malgré tout l'économie locale, le tourisme et complique la vie des habitants.

Par M.D. avec Marion Feutry

C'est un village qui vit au ralenti. Nancy-sur-Cluses, en Haute-Savoie, subit les conséquences de la fermeture de la départementale D119, suite à un éboulement. Une route qui permet habituellement de rallier Cluses en un quart d'heure. Mais depuis sa fermeture, qui va durer trois semaines, le temps de trajet a triplé.

"Conséquence des travaux : je suis obligée de faire le tour par le Reposoir. Donc ça prend à peu près 40 à 45 minutes quand il ne neige pas", estime Elodie qui emprunte la D119 quotidiennement pour aller travailler. Même problème pour les huit salariés d'un atelier de décolletage. L'entreprise fait aussi face à des difficultés pour ses livraisons et expéditions.
 
Nancy-sur-cluse vit au ralenti depuis la fermeture de sa route principale à cause d'un éboulement
>> Marion Feutry et Maxime Quemener

"On voit avec nos collègues dans la vallée pour déposer tous nos colis à l'expédition et éventuellement faire la réception des marchandises ou de tout ce dont on peut avoir besoin", explique Mireille qui travaille dans cette entreprise de fabrication de pièces métalliques.

 

Un obstacle pour le tourisme


Les touristes sont eux aussi obligés de s'adapter. Venue pour les vacances, la famille de Frédéric, venue Normandie, s'est organisée pour limiter les trajets. "Il a fallut qu'on prévoie ça dès le début donc on est retournés faire des courses sur Sallanches et sur Cluses ce matin pour ne pas avoir à redescendre de la semaine, ça aurait été plus compliqué", assure-t-il.
 

Un aléa qui tombe bien mal pour la petite station de Romme, au sud de la ville. D'autant qu'avec ses quatre téléskis, le domaine attire essentiellement une clientèle de proximité. "Je ne l'espère pas, mais j'imagine qu'on aura un petit peu moins de monde sur nos pistes de ski, tout en sachant qu'on est des petites stations où il y a des prestations qui ressemblent aux nôtres à côté. J'espère que les gens vont quand même faire le choix de Romme pour venir skier", témoigne José Francq, responsable de la station.

La route devrait rouvrir le 22 février, après trois semaines de travaux et de petites complications pour les quelque 460 habitants.

 

Sur le même sujet

Le dernier entraînement de l'équipe de France de trail dans le Cantal

Les + Lus