Tunnel du Mont-Blanc : le maire de Chamonix demande une régulation du flux de véhicules face à l'augmentation du trafic

Publié le
Écrit par M.D.

Eric Fournier, le maire de Chamonix, sollicite la tenue d'une réunion de crise face à l'augmentation du trafic de véhicules cet été dans le tunnel du Mont-Blanc. Il demande la mise en place de moyens de régulation et questionne l'impact sur la qualité de l'air dans la vallée.

C'est une scène commune depuis le début de l'été. Une file de plusieurs kilomètres de véhicules, voitures et camions, à l'entrée du tunnel du Mont-Blanc. De "trop nombreux embouteillages" se produisant "à proximité d’habitations" que le maire de Chamonix, Eric Fournier, voudrait limiter.

L'édile annonce avoir saisi la direction des Autoroutes et tunnel du Mont-Blanc (ATMB) ainsi que le sous-préfet "pour mettre en œuvre tout moyen de régulation en amont de sorte à limiter l’impact sur le territoire de cette situation", indique-t-il dans un communiqué. Il demande qu'une réunion de crise soit organisée avant la fin de l'été.

Interrogé par France 3 Alpes, Eric Fournier regrette l'absence de "mécanismes de régulation" pour les poids lourds qui se retrouvent stockés entre la vallée de Chamonix et Les Houches. "Il y a une autoroute située à l'aval, des aires de repos, explique-t-il. Pourquoi ne fait-on pas en sorte que ces gens puissent, dans des conditions mieux définies pour eux, être stockés là tant que le tunnel est saturé ? On préfère les mettre le long de l'autoroute où ils n'arrêtent pas d'allumer leur moteur, de redémarrer tous les 15 mètres."

Quel impact sur la qualité de l'air ?

Le maire de Chamonix suggère que des moyens soient mis en place face à l'augmentation du trafic, notamment une meilleure utilisation de l'aire de stockage de Passy et le renforcement de l'information des conducteurs sur les panneaux lumineux. 

La hausse du nombre de véhicules est conséquente, cette année, dans ce point de passage entre Chamonix (Haute-Savoie) et Courmayeur (Italie). Le flux de véhicules a augmenté de plus de 14 % en juillet 2022 par rapport à juillet 2021, et de 29,5 % en juin.

"Nous allons faire des analyses de qualité de l'air pour vérifier l'impact de ce type de comportement et de ce type de non prise en compte des régulations qui sont nécessaires sur cet itinéraire", annonce également Eric Fournier qui souhaite, "dans un second temps", connaître "les provenances et causes de cette augmentation de véhicules" pour prévenir ces engorgements.

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer des newsletters. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas des e-mails. Notre politique de confidentialité