Coronavirus : “On a l'impression de passer pour des pestiférés”, l'appel à l'aide des commerçants à la Balme-de-Sillingy

La Balme-de-Sillingy est l'un des foyers du coronavirus en France. / © Sylvain MUSCIO / MAXPPP
La Balme-de-Sillingy est l'un des foyers du coronavirus en France. / © Sylvain MUSCIO / MAXPPP

Les commerçants de la Balme-de-Sillingy n'en peuvent plus. Alors que le village haut-savoyard est l'un des foyers du coronavirus en France, leurs enseignes ont perdu une bone partie de leur clientèle. Sur Facebook, ils appellent à "un élan de solidarité".

Par Margot Desmas avec Marion Feutry

C'est un village désormais connu dans la France entière. La Balme-de-Sillingy, 5 000 habitants, a été propulsée sous le feu des projecteurs comme l'un des principaux foyers du coronavirus Covid-19. Les autorités sanitaires recensent 58 personnes contaminées en Haute-Savoie, dont une quarantaine sont en lien avec le regroupement de cas constaté dans le village.

Et les commerçants souffrent de cette image véhiculée suite à l'importante augmentation de cas. "Les gens désertent le village, ça devient très compliqué. On a l'impression de passer pour des pestiférés", témoigne Patrick Gargot, gérant d'une pizzeria à la Balme-de-Sillingy. Dans le bourg, les commerçants ont décidé de rester ouverts malgré une chute de la fréquentation "entre 50 et 80%". Certains commerçants ont même dû mettre leurs employés au chômage technique.
 

D'autres s'étonnent de la tournure des événements qu'ils jugent disproportionnée. "J'ai des fournisseurs qui ont annulé des rendez-vous, alors je leur ai clairement dit que ce n'était pas correct de leur part, déclare Fanny Rouault, opticienne dans le village. Oui, il faut faire attention, mais ce n'est pas pour ça qu'on est en quarantaine et que personne ne peut venir à la Balme. J'ai aussi des clients qui ont été refusés à certains rendez-vous d'ophtalmo, ce que je trouve assez honteux."

 

"Nous ne pourrons pas tenir encore plusieurs semaines sans activité"


Pour se faire entendre et dénoncer la paranoïa ambiante, ils ont lancé un appel à l'aide sur les réseaux sociaux. "Nous sommes de petits commerçants, nous ne pourrons pas tenir encore plusieurs semaines sans activité", peut-on lire dans un message posté par les commerçants sur Facebook. Ils y appellent à "un élan de solidarité des habitants" pour faire revenir la clientèle, assurant que "toutes les règles d'hygiène sont mises en oeuvre".
 

"Grâce à ce message, plus de monde est venu sur la Balme (...) Ca leur a fait prendre conscience qu'on avait besoin d'aide, estime encore Patrick Gargot, à l'origine de cet appel à l'aide. Est-ce que c'est juste ponctuel ? Est-ce que ça va durer ? Je ne sais pas, on va voir." Et les clients ont visiblement été sensibles à l'appel des commerçants.

Certains y reviennent pour montrer leur soutien dans cette période difficile. "Il faut faire un effort, que la solidarité entre tous joue. On aime notre village, on y est bien, donc si chacun fait un geste ça serait peut-être une solution pour que nos affaires marchent mieux", témoigne une cliente de la pizzeria de Patrick Gargot.
 

"Ca nous fait chaud au coeur que les gens reviennent", réagit le patron. Les commerçants devront toutefois composer avec cette situation exceptionnelle encore quelques temps. Des mesures de restriction sont toujours en cours dans la commune et le nombre de cas de coronavirus augmente chaque jour en Haute-Savoie. La mairie est fermée suite à la contamination d'une partie de l'équipe municipale et les écoles garderont porte close jusqu'au 14 mars.

 

Sur le même sujet

Les + Lus