Covid-19 et ski alpin : la FIS face au casse-tête d'un protocole sanitaire avant le début de la saison

La Fédération internationale de ski (FIS) peine à établir un protocole sanitaire strict avant le début de la saison de ski alpin, samedi 17 octobre à Rettenbach, en Autriche.

Le Norvégien, Aleksander Aamodt Kilde, dernier gros globe de cristal, lors d'un entraînement à Rettenbach (Autriche) avant le début de la saison samedi 17 octobre
Le Norvégien, Aleksander Aamodt Kilde, dernier gros globe de cristal, lors d'un entraînement à Rettenbach (Autriche) avant le début de la saison samedi 17 octobre © Johann Groder/AFP
Pour faire face à la pandémie de nouveau coronavirus, le ski alpin, qui reprend, ce samedi 17 octobre à Sölden (Autriche), s'est doté d'un protocole sanitaire encore flou, compliqué par les particularités de ce sport.

Au sein d'une même équipe nationale, tous les athlètes n'ont en effet pas le même programme entre les spécialistes de vitesse, de géant, de slalom ou les polyvalents. Ils se croisent ainsi plus ou moins au gré des stages et des compétitions, comme il en va pour les différents encadrements. 

Toutes ces équipes traversent en plus de nombreuses frontières durant l'hiver (14 par exemple pour les femmes, parfois avec un délai très court entre deux compétitions), malgré un calendrier remodelé par la Fédération internationale de ski (FIS).
 
En cas de restrictions de voyage d'un pays d'accueil appliquées à certains athlètes étrangers, la FIS a émis une règle claire : si au moins sept nations sur les dix plus importantes de la dernière saison (sur la base d'un classement spécifique) peuvent voyager dans le pays hôte, alors l'étape de Coupe du monde sera valable.

Un "camion-laboratoire" et des compétitions à huis clos

Sur le protocole sanitaire à appliquer sur place, la FIS avait d'abord établi des règles précises en août. La fédération a ensuite fait marche arrière pour rester floue et laisser la main aux organisateurs. Seule certitude, tous les participants (skieurs, encadrement, médias...) doivent se présenter à une compétition avec un test PCR au Covid-19 négatif de moins de 72 heures, ou un test sérologique prouvant la présence d'anticorps (valable huit semaines).

Pour les compétitions les plus longues, les skieurs pourront être re-testés. En cas de test positif, un athlète ne pourrait évidemment pas se présenter au départ, et les cas-contact signalés des dernières 72 heures devraient être placés en quarantaine jusqu'à pouvoir présenter un test négatif.
 
Cette possibilité fait planer une menace sur des équipes entières, même si tous ses membres ne sont pas forcément en contact les uns avec les autres avant une course. A Sölden ce week-end, sorte d'événement "crash-test", les courses se dérouleront à huis-clos, avec une présence médiatique limitée, des conférences de presse virtuelles, et un "camion-laboratoire" prévu au cœur de la station pour les tests Covid.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
ski sport coronavirus/covid-19 santé société