Et si les élections municipales d'Annemasse étaient annulées?

Si le rapporteur public du tribunal administratif de Grenoble évoquait jusqu'à présent l'idée d'une annulation des élections à Annemasse, ce lundi 27 octobre il a carrément recommandé un nouveau passage dans l'isoloir. Sera-t-il suivi? Le maire élu semble inquiet.  

Le maire Christian Dupessey, à gauche, et le candidat UMP battu, Louis Mermet, à droite
Le maire Christian Dupessey, à gauche, et le candidat UMP battu, Louis Mermet, à droite © France 3 Alpes
Un peu plus d'un mois après une première audience, le tribunal administratif s'est donc une nouvelle fois penché sur le cas des élections municipales d'Annemasse. En cause, toujours la même irrégularité. Déposée juste avant la clôture des listes, la liste FN, conduite par Jean Capasso, comportait le nom d'une octogénaire pensionnaire d'une maison de retraite, dont la signature avait été imitée par sa fille, elle-même candidate.

© France 3 Alpes
Si la première fois le rapporteur public avait recommandé l'annulation de la liste FN, il avait juste laissé la porte ouverte à une éventuelle annulation du scrutin. Cette fois, il a changé de ton. Se référant à une jurisprudence récente, liée à l'annulation des élections municipales de Vénissieux (Rhône), le rapporteur a carrément demandé l'invalidation, au motif qu'en cas d'annulation de la liste FN, "on ne peut pas savoir comment se seraient reportées les voix car on était dans le cadre d'une triangulaire." Et c'est bien là le problème. 

Au second tour, le Divers Gauche Christian Dupessey était arrivé en tête avec 47,42% des suffrages contre 39,47% pour Louis Mermet, candidat UMP, et 13,09 pour le FN. Effectivement, pour qui auraient votaient les électeurs si le parti de Marine Le Pen n'avait pas passé la barre du premier tour?

Reportage Florine Ebbhah et Jérôme Ducrot
durée de la vidéo: 01 min 48
Recours contre les élections municipales d'Annemasse

Louis Mermet est sûrement persuadé que les électeurs du FN auraient en grande partie choisi son camp si Jean Capasso n'avait pas passé le premier tour. Ce n'est pas pour rien que le candidat de la droite classique a porté ce recours devant le tribunal administratif! A la sortie de cette nouvelle audience, il s'est même dit "satisfait" de la tournure des choses.

Une histoire qui ne fait vraiment pas l'affaire de Christian Dupessey. Il a promis de saisir le Conseil d'Etat si les élections étaient annulées, parlant de "déni de démocratie". Il faut dire que si le contexte n'était déjà pas favorable à la gauche en mars dernier, il l'est encore moins aujourd'hui, et le maire en est conscient. La décision du tribunal administratif pourrait donc se retourner contre lui.  

Quant au FN, qui faisait pourtant figure "d'accusé" dans cette affaire, il dit à présent ne pas être opposé à une nouvelle course pour le fauteuil de la mairie d'Annemasse! 

Le tribunal administratif doit trancher rapidement. 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
justice élections municipales 2020 politique