Football. Evian-Thonon-Gaillard succombe 0 à 2 face à Nantes

En Ligue 1, ETG retombe dans ses travers. Les Haut-Savoyards reculent à la 19e place du classement et sont toujours relégables. Pascal Dupraz évoque un "manque de rigueur" et dit "désespérer de voir progresser ses joueurs". 

Pascal Dupraz agacé sur le bord du terrain
Pascal Dupraz agacé sur le bord du terrain
Pour le compte de la 11e journée de Ligue 1, Evian-Thonon-Gaillard recevait Nantes, ce samedi 25 octobre. Des Haut-Savoyards mal en point en championnat et qui ont concédé leur septième défaite de la saison!

Une semaine après la déroute à Monaco, les hommes de Pascal Dupraz voulaient pourtant se racheter devant leur public. Mais force est de constater que les errements des Roses n'ont pas cessé en une semaine. Hormis une frappe sans danger de Daniel Wass, le jeu fut essentiellement nantais. Ainsi, juste avant la mi-temps, Serge Gakpé était fauché dans la surface. Penalty transformé par Veretout. 1 - 0 pour les Canaris.

But de Veretout

La deuxième période aura été dans la lignée de la première, et le score aurait pu être bien pire pour les Haut-Savoyards. A la 75e minute, Yacine Bammou réalisait un petit festival, éliminait Abdallah et trompait le gardien d'ETG Jesper Hansen. Nantes a fait le break, et plus rien ne changera.

But Yacine BAMMOU (75')

En résumé, les joueurs haut-savoyards sont restés apathiques et inefficaces: aucune frappe cadrée, un gardien en plein doute, et une équipe au fond du classement.

"Nous ne sommes pas, trop souvent, au niveau de la Ligue 1", Pascal Dupraz

"A ce niveau, il faut faire preuve d'esprit de sacrifice, d'audace mais surtout de rigueur", a déclaré l'entraîneur d'ETG. "Il faut également faire preuve de fierté de ne pas faire rire l'Europe entière sur les buts que nous encaissons. Il y a eu trop d'absences pour que l'on puisse bousculer cette équipe nantaise, qui est deux fois supérieure à la nôtre, la comptabilité le prouve d'ailleurs."

"En première période, j'ai senti l'ensemble de mon équipe fébrile, et pas seulement dans les zones de vérité (...) nous avons encore une fois fait preuve d'un manque de rigueur. Je dois reconnaître que Michel Der Zakarian travaille mieux que moi, car je désespère maintenant de voir certains joueurs progresser, être constants, respirer le football qu'ils doivent pratiquer à leur postes." 



Poursuivre votre lecture sur ces sujets
etg sport football