• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • SPORT

Les glaciers du Mont-Blanc ont souffert, souffrent, et vont souffrir encore... de la canicule

Juillet 2015 restera dans les Annales comme le mois le plus chaud au monde depuis 1880 ! Conséquences évidentes sur les glaciers : ils fondent plus vite que prévu. À Chamonix, un géomorphologue fait l'état des lieux et "la situation n'est pas brillante". Explications.

Par France 3 Alpes

Reportage. Ludovic Carvanel est géomorphologue, chargé de recherches au CNRS de Grenoble et au laboratoire Edytem de Chambéry. La fonte des glaciers c'est son sujet... et sa préoccupation. Ce jeudi 20 août, il recueille encore une fois des témoignages concordants: "un grand fracas dans la nuit puis un éboulement, dans les Grands Charmoz". 

La canicule de cet été a eu sur les glaciers des effets immédiats. Plus d'une centaine d'éboulements a déjà été recensée cette saison. Mais elle opère aussi "à retardement" sur les couches les plus glacées, habituellement gelées, mais qui commencent à fondre. Elle pourrait provoquer d'autres événements à l'automne prochain, voire au début de l'hiver car " le temps que met la chaleur à atteindre les fractures remplies de glace est assez long, mais quand elle y parvient, la glace rompt et les volumes peuvent être importants".

Voilà de quoi aggraver la situation d'un glacier déjà maltraité par près de 600 éboulements enregistrés depuis 2007. La mer de glace à Chamonix pourrait encore perdre de 8 à 10 mètres d'épaisseur d'ici la fin de l'été.

Reportage de Fabrice Liegard & Didier Albrand
La surchauffe du Mont-Blanc

A lire aussi

Sur le même sujet

Sucrerie de Bourdon : les dirigeants de Cristal Union rencontrent les salariés, des pistes de rachat évoquées

Les + Lus