Cet article date de plus de 5 ans

Les usines du groupe Altia sauvées à La Roche-sur-Foron et Sainte-Hélène mais Saint-Pierre-en-Faucigny encore dans l'attente

Ce lundi 24 novembre, le tribunal de commerce de Paris a approuvé les plans de reprise de cinq sites du groupe industriel Altia, permettant le maintien de la quasi totalité des emplois à La Roche-sur-Foron et Sainte-Hélène. En revanche, l'unité de Saint-Pierre-en-Faucigny doit encore attendre. 

Un des usines du groupe Altia
Un des usines du groupe Altia © France 3 Alpes
Altia est en redressement judiciaire depuis août. Le tribunal de commerce aborde par étapes la reprise des différents sites du groupe Altia, qui employait quelque 2.400 personnes, dont environ 1.200 en France. Les premières reprises validées par la Justice devraient permettre de sauver 290 emplois sur 297. 

Avec ses 120 salariés, qui seront tous maintenus, l'usine de La Roche-sur-Foron (Haute-Savoie) est la plus importante des cinq dont la reprise a été approuvée. Elle passera dans les mains de la société Perronton. Sa filiale à Seloncourt (Doubs) est reprise par la société IPM France, qui conservera 7 salariés sur 12.

Le tribunal a également approuvé la reprise du site de Cusset (Allier) par le groupe Califil qui maintiendra "78 contrats de travail sur 80". La totalité des 20 salariés de l'usine de Montoire-sur-le-Loir (Loir-et-Cher) seront préservés grâce à sa reprise par la société Stéva. Enfin, la société San Grato va reprendre le site de Sainte-Hélène (Savoie) et ses 65 employés.

En revanche, le tribunal n'a pas validé la reprise du site de Saint-Pierre-en-Faucigny (Haute-Savoie) qui emploie plus de 140 salariés. Il a toutefois accordé un délai jusqu'au 8 décembre pour tenter d'obtenir "une meilleure offre", affirme l'administrateur judiciaire, Eric Bauland.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
économie