Procès ETG: Pascal Dupraz, son fils et l'ex-président d'Evian-Thonon-Gaillard relaxés par la justice

Publié le Mis à jour le
Écrit par France 3 Alpes avec AFP

L'ancien entraîneur d'ETG, son fils et l'ex-président du club Joël Lopez viennent d'être relaxés par le tribunal correctionnel de Thonon-les-Bains. Ils étaient poursuivis "altération frauduleuse de la vérité et usage de faux en écriture", soupçonnés par le club d'avoir antidaté des documents.

Le tribunal correctionnel de Thonon-les-Bains a prononcé ce mardi 18 octobre la relaxe de Pascal Dupraz, l'ancien entraîneur du club d'Evian-Thonon-Gaillard (ETG) , poursuivi pour faux et usage de faux par l'actuelle direction, ainsi que celle de son fils Julian Dupraz et de l'ex-président Joël Lopez.

Le tribunal a estimé que les infractions de faux n'étaient pas constituées à l'encontre des trois accusés, faute de preuve. L'ETG devra en outre verser 2.500 euros à Pascal Dupraz en réparation d'une procédure jugée abusive à son encontre, a décidé le tribunal. A la lecture du jugement, il n'y avait pas d'avocats ni de représentants des parties.

L'ancien entraîneur licencié pour "faute grave"


L'ETG, qui s'était constitué partie civile, avait poursuivi ses anciens salariés Pascal Dupraz, ex-entraîneur et manageur sportif et aujourd'hui entraîneur du club de Toulouse (Ligue 1), ainsi que son fils Julian Dupraz, ancien directeur des services, et Joël Lopez, ancien président, pour "altération frauduleuse de la vérité et usage de faux en écriture".

Le club les soupçonnait d'avoir antidaté des documents: fiche de poste de manager général pour Pascal Dupraz, avenant au contrat de directeur des services pour Julian Dupraz. L'actuel entraîneur de Toulouse avait été mis à pied le 16 juin 2015 puis licencié pour "faute grave" suite à ces accusations.

Ceux qui me connaissent disent de moi que je suis tout sauf un tricheur

Tous les trois ont nié les faits lors de l'audience du 20 septembre devant le tribunal de Thonon-les-Bains (Haute-Savoie). Pascal Dupraz avait assuré : "Ceux qui me connaissent disent de moi que je suis tout sauf un tricheur".

Le procureur de la République n'avait pas requis de peine, laissant au juge le soin d'"apprécier les éventuelles amendes, compte tenu du casier vierge des prévenus". 

Ancien club de Ligue 1, l'ETG a été rétrogradé administrativement en CFA (4e division) en juillet 2016 avant d'être placé en redressement judiciaire début août. Il a ensuite renoncé à toute participation à une compétition jouée par des équipes d'adultes.