Promeneur blessé par un tir de chasse en Haute-Savoie : "C'est un manquement, une faute individuelle", selon le parquet

Publié le Mis à jour le

Un homme d'une trentaine d'années a été grièvement blessé par un tir de chasse alors qu'il se promenait sur un sentier, à Vallières-sur-Fier (Haute-Savoie), jeudi 28 octobre. Il s'agirait d'une "faute individuelle" de la part du chasseur, selon la procureure de la République, Line Bonnet-Mathis.

Près d'une semaine après les faits, l'enquête sur un accident de chasse à Vallières-sur-Fier (Haute-Savoie), jeudi 28 octobre, se poursuit. Un promeneur d'une trentaine d'années avait reçu une balle en plein thorax alors qu'il était en compagnie de sa mère.

L'auteur du tir, un chasseur de 55 ans qui participait à une battue de sangliers, a été placé en garde à vue. "Il a été entendu avant d'être relâché en fin de semaine dernière", précise la procureure de la République d'Annecy, Line Bonnet-Mathis, ce mardi 2 novembre. "Nous attendons la fin de l'enquête balistique et l'audition de la victime, toujours hospitalisée, avant de prendre une décision pénale", ajoute-t-elle.

>> Promeneur blessé par un tir de chasse en Haute-Savoie : "Un accident inadmissible", réagissent les chasseurs

Mais au regard des premiers éléments de l'enquête, il s'agirait bien d'un accident de chasse. "On s'oriente sur une erreur, une faute individuelle, un manquement aux règles en vigueur", accorde Line Bonnet-Mathis.

Pour cause, d'après les constatations, le chasseur n'était pas en conformité avec le plan de chasse réglementaire dans le département. Celui-ci exige, entre autres, aux chasseurs de ne pas tirer en direction d'une route. Or, les interrogations demeurent sur l'emplacement du tireur et sa position par rapport à la route. Seul le compte-rendu de l'enquête balistique permettra d'éclaircir ces points.

"Il n'y a pas eu de ricochet de la balle, et le chasseur n'a pas contesté être à l'origine du tir. Cependant, il conteste la distance de la route et l'angle de son tir", informe la procureure.

Interdire la chasse le week-end et pendant les vacances ?

L'ouverture d'une information judiciaire ne devrait pas être nécessaire, ajoute Line Bonnet-Mathis. La procureure souhaiterait juger "assez vite" cette affaire, dans l'idéal "au premier semestre 2022", notamment à des fins pédagogiques : "Cela pourrait permettre de rappeler les règles en cours de la chasse dans le département et au niveau national. D'autant plus qu'un autre accident de chasse a eu lieu récemment, dans les mêmes conditions, à Rennes."

Un chasseur de 69 ans a été mis en examen, lundi 1er novembre, pour "blessures involontaires" après avoir grièvement blessé par balle, samedi 30 octobre, un automobiliste qui circulait entre Rennes et Nantes. Le pronostic vital de la victime restait "sérieusement engagé" dimanche 31 octobre au soir.

Ce nouvel accident intervient après que le candidat EELV à la présidentielle Yannick Jadot a annoncé, vendredi 29 octobre, vouloir interdire la chasse le week-end et pendant les vacances scolaires.