Cet article date de plus de 6 ans

Quand les créatrices s'associent pour une boutique éphémère de Noël, à Thônes (Haute-Savoie)

Reprendre un pas-de-porte abandonné le temps d'écouler un stock ou de se faire connaître, cette tendance commerciale a été lancée par des discounteurs et sert désormais aux artisans. Exemple à Thônes, en Haute-Savoie, où des créatrices ont ouvert une boutique éphémère. 
© France 3 Alpes
Reportage. C'est une petite boutique qui n'ouvre qu'un mois. Le temps pour Myne de faire connaître ses bonnets réalisés au crochet et pour Angèle de faire découvrir ses bijoux. Ces créatrices défendent à leur manière le made in Haute-Savoie. Elles font avec leurs mains et le font savoir le temps des achats de Noël, dans ce commerce éphémère. L'emplacement, à Thônes, n'est pas forcément idéal mais elles savent utiliser les réseaux sociaux pour attirer le chaland. Et puis, qu'importe si on ne se bouscule pas, ici on prend le temps de discuter avec les personnes intéressées, une tasse de thé à la main.

Reportage Ariane Combes et Ingrid Pernet-Duparc
durée de la vidéo: 01 min 52
Thônes : boutiques éphémères

C'est l'occasion de parler du parcours de Sarah Avettand, alias Myne. Cette ancienne championne de ski freestyle, blessée en 2009, s'est reconvertie dans le bonnet il y a 4 ans. Chez Myne, tout est fait maison et chaque modèle est unique. La créatrice s'est d'abord fait connaître sur internet et dans les salons.
Les boutiques éphémères
L'éphémère, c'est aujourd'hui une tendance forte du marketing. A l'origine, le principe de la boutique éphémère a été inventé "pour répondre à une situation de crise et occuper des locaux qui ne trouvaient pas preneur", rapporte lepoint.fr. Aujourd'hui, l'objectif est plus de faire le buzz autour d'un produit. Et même les plus grandes marques s'y sont mises comme Guerlain pour le lancement d'un nouveau parfum ou encore Nike qui, pour les JO de Pékin, avait ouvert une boutique dans Paris pour retracer l'histoire de la marque. 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
artisanat économie noël