Pour la survie des producteurs, la Confédération paysanne demande une dérogation au couvre-feu pour la vente directe

Se rendre chez son producteur pour récupérer son panier de fruits et légumes fera-t-il partie des motifs de dérogation au couvre-feu ? C'est ce qu'espère la Confédération paysanne. Elle en appelle au ministère de l'Agriculture. Rencontre avec un producteur de Haute-Savoie.

Matthieu Dunand, producteur de fruits et légumes à Cranves-Sales, s'inquiète pour la vente directe en raison du couvre-feu.
Matthieu Dunand, producteur de fruits et légumes à Cranves-Sales, s'inquiète pour la vente directe en raison du couvre-feu. © Cécile Mathy - France 3 Alpes

Matthieu Dunand a peur de se retrouver avec ses légumes sur les bras. Ce producteur de Cranves-Sales, en Haute-Savoie, s'était félicité, suite au confinement du mois de mars, de voir de nouveaux consommateurs venir chercher à la ferme des produits frais et locaux. C'était, pour lui, l'un des effets positifs générés par la crise sanitaire. 

Mais avec la mise en place du couvre-feu à 18h, il craint de voir les consommateurs retourner dans les circuits de la grande distribution.

Préserver la vente directe

"Au mois de mars, on a eu un afflux massif de gens dans les fermes. Mais là, maintenant, ce qui risque de se passer, c'est que les gens, ils vont aller faire leurs courses dans les supermarchés et ils vont délaisser les producteurs autour de chez eux puisqu'ils ne pourront pas aller leur acheter les produits, puisqu'ils vont travailler".

Pour les producteurs, il est difficile de concilier les travaux de maraîchage au quotidien et d'avancer les horaires de vente directe à la ferme avant 18h.

 

Pour celles et ceux qui se battent pour garder le lien avec les consommateurs, soutenez la vente directe!!

Publiée par Confédération Paysanne de Haute-Savoie sur Jeudi 14 janvier 2021

 

Une exception pour les AMAP ?

Ce n'est pas plus facile pour la vente en circuit court, via les AMAP (associations pour le maintien d'une agriculture paysanne). Les consommateurs payent d'avance des paniers de fruits et légumes, de viande et de produits laitiers, qu'ils retirent de manière hebdomadaire auprès des producteurs.

La distribution dans le réseau de Matthieu Dunand, en Haute-Savoie, s'organisait d'ordinaire entre 18h et 19h30. Mais avec le couvre-feu, elle devra désormais s'opérer entre 16h et 17h30, faute de dérogation.

Guy Courtieu, l'un des clients, réfléchit à un nouveau fonctionnement pour continuer à s'approvisionner en légumes frais directement chez son producteur. 

"On va essayer de trouver une solution. On est en train d'essayer de voir si ceux qui peuvent venir pendant les nouveaux horaires peuvent récupérer les paniers des autres et on ira les chercher chez eux éventuellement", explique-t-il.

La distribution des paniers des AMAP remise en cause par le couvre-feu à 18h.
La distribution des paniers des AMAP remise en cause par le couvre-feu à 18h. © Cécile Mathy - France 3 Alpes

 

Appel lancé au ministère de l'Agriculture

Dans un communiqué, la Confédération paysanne estime qu'"il ne faut pas reproduire les erreurs du premier confinement sur les marchés qui avaient fortement pénalisé les paysan.nes vendant sur les marchés, au profit de la vente en grande distribution jamais inquiétée".

Elle a donc demandé au ministère de l'Agriculture d'ajouter le retrait de paniers ou l'achat de produits de première nécéssité chez un agriculteur à la liste des motifs de dérogation au couvre-feu à 18h.

Il existe plus d'une quarantaine d'AMAP en Haute-Savoie. 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
agriculture économie coronavirus/covid-19 santé société