• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • SPORT

Les usagers de l’aérodrome de Sallanches se mobilisent contre leur expulsion des locaux

© Club aéronautique de Sallanches
© Club aéronautique de Sallanches

Deux-cent personnes sont venues, mercredi 15 mai 2019, "par les airs et en voiture" pour défendre le droit des usagers à continuer d’utiliser les locaux de l’aérodrome de Sallanches qui ne fermera finalement pas aujourd’hui, comme cela était prévu initialement.

Par OA

Alors que la fermeture de l’aérodrome a été repoussée, les usagers de l’aérodrome ont été priés par le maire de Sallanches, Georges Morand, de quitter les locaux ce mercredi 15 mai 2019. "Le maire a décidé de libérer le hangar du stationnement des appareils et du chalet d’accueil qui nous permet de faire les cours au sol" explique Christelle Jeanniot, présidente du comité de sauvegarde de l’aérodrome.

Le 11 mai dernier, le comité de sauvegarde de l'aérodrome de Sallanches prévenait sur sa page Facebook de la décision de la mairie : "le Club aéronautique de Sallanches vient de recevoir un courrier lui signifiant qu'il doit libérer le hangar et le club-house pour le 15 mai"
 


"Nous sommes dans une démarche de dialogue"


La mobilisation de ce mercredi est une initiative des usagers de l’aérodrome. Ils étaient nombreux à se déplacer pour défendre leur souhait de continuer à utiliser les locaux de l’aérodrome. Ils ont été rejoints par des soutiens des aérodromes voisins. "On a eu 200 personnes venues par les airs et en voiture" évoque Christelle Jeanniot. "On lui demande (au maire ndlr) de garder l’existant. Le chalet d’accueil et le hangar" ajoute-t-elle.

Georges Morand évoque, lui, la vétusté des hangars et des raisons de sécurité pour expliquer sa décision de faire cesser l’activité de l’aérodrome : "Ma responsabilité aujourd’hui c’est la sécurité. (…) Si un avion touche un arbre j’irais devant un tribunal."

Une décision visiblement en négociation. Selon la présidente du comité de sauvegarde de l’aérodrome, les usagers ne devront finalement pas quitter les locaux demain "Il (le maire ndlr) nous laisse le chalet d’accueil, et il faut voir pour le hangar. Nous sommes dans une démarche de dialogue."

A lire aussi

Sur le même sujet

campagne SEMITAG civilité

Les + Lus