Hockey sur glace. À Grenoble, les Brûleurs de Loups misent sur une jeunesse «Made in France»

Dans un peu plus d’une semaine, les Brûleurs de Loups feront leur entrée sur la scène européenne. Une Ligue des Champions pour laquelle les hockeyeurs grenoblois vont pouvoir s'appuyer sur leurs joueurs stars, souvent canadiens mais aussi sur pas mal de jeunes français.

Reportage. «Entrer ici, c’est un privilège et ça se mérite. Quand on rentre ici pour la première fois, c’est assez particulier et solennel. Aujourd’hui, on se rend bien compte que c’est une réelle chance que de vivre ça», confie Quentin Scolari, le jeune défenseur grenoblois de 21 ans, qui a déjà une place solide dans l’équipe première.

Comme ses coéquipiers Jordann Perret ou Romain Chapuis, la vingtaine et Grenoblois également. Des joueurs qui font déjà l’admiration des cadets, nombreux cette année à enfiler la tunique des pros. «Quand on est petit, on rêve toujours d’aller dans le vestiaire. Et y avoir sa place et son nom, c’est vraiment bien», souffle Robin Lamboley, pas encore 20 ans.


Reportage de Jordan Guéant, Vincent Habran et Philippe Caillat
durée de la vidéo: 01 min 48
Centre Formation Brûleurs de Loups


Six joueurs de 19 ans

Cette année, l’équipe de Brûleurs de Loups a décidé de parier français. Pas moins de onze joueurs tricolores composent l’effectif dont six ont 19 ans seulement. Qu’ils se rassurent. Les joueurs d’expérience seront là pour les encadrer. «Dès qu’un joueur un peu plus expérimenté a quelque chose à apporter aux jeunes, il le fait. Ça fait partie de l’apprentissage pour chacun. Pour nous aussi, c’est agréable d’apporter notre expérience à des joueurs plus jeunes », estime Julien Baylac, attaquant.

Miser sur la jeunesse du club. Une jolie façon de compléter son objectif en faisant des économies, tout en valorisant la qualité de son centre de formation.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
hockey sur glace sport