Il n'y a plus de repreneur pour le petit train de La Mure, en Isère

Publié le Mis à jour le
Écrit par France 3 Alpes
Le petit train de La Mure à la belle époque
Le petit train de La Mure à la belle époque © France 3 Alpes

Le Groupe SNC-Lavalin a indiqué qu'il renonçait à déposer une offre pour reprendre le petit train touristique de La Mure. Il ne souhaite pas s'engager dans cet investissement, jugeant "l'entreprise trop risquée sur le long terme". 

Depuis 2010 et l'effondrement d'une partie de la voie du petit train de La Mure, le Conseil général va de déception en déception. En décembre 2012, afin de relancer l'exploitation de la ligne touristique en train électrique, à partir de La Mure et jusqu’au "grand balcon" de Monteynard, le Conseil général de l'Isère avait engagé une consultation pour une délégation de service public (DSP). Des négociations ont suivi avec l'unique candidat, l'entreprise SNC-Lavalin.

Finalement, ce lundi 29 septembre, la société a exposé un projet avec les matériels roulants historiques. Mais, curieusement, l'entreprise a indiqué qu'elle renonçait à déposer une offre et à s'engager dans cet investissement. En effet, le Groupe juge "l’entreprise trop risquée sur le long terme."

Au lendemain de cette brutale annonce, les élus font part de "leur très grande déception". Dans un communiqué, ils expliquent "s’interroger désormais sur la meilleure façon de capitaliser l’important travail de définition qui a été réalisé", et ont convenu de se rencontrer prochainement "pour étudier les scénarios alternatifs qui permettraient la réalisation du projet, dans des conditions réalistes pour le Département et les collectivités locales."

Reportage de Jean-Christophe Solari, Jean-Pierre Rivet, Eric Achard
durée de la vidéo: 01 min 48
Train de la Mure sans repreneur

 

En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.