Cet article date de plus de 9 ans

Il plaque Paris pour la fourme d'Ambert

A 34 ans, ce juriste a quitté son poste de cadre dirigeant de la Safer pour réaliser son rêve
video title

Il a choisi de se lancer dans la fourme d'Ambert

Antoine de Boismenu était juriste à Paris. Sa carrière l'a mené jusqu'à la Direction Générale des SAFER (société d'aménagement foncier et d'établissement rual). Un jour, il décide de tout plaquer et de réaliser son rêve de gosse : devenir producteur de fourme d'Ambert : 7 tonnes par an !

C'est en 2007 qu' il s'installe à Valcivières. Un retour à la terre plus que réussi pour Antoine de Boismenu. Il est désormais producteur de fourme d'Ambert. Un métier qu'il a appris dès l'enfance en travaillant avec des voisins de ses parents.

Antoine de Boismenu a passé toute son enfance à aider un paysan, à côté de la résidence secondaire de ses parents, près de la Chaise-Dieu. C'est lui qui lui a donné le virus et l'envie de travailler le fromage.

Depuis qu'il est tout petit, il voulait avoir des vaches et faire du fromage.

A l'époque, Antoine estime qu'il lui est impossible de se lancer dans l'activité agricole.

Il fait donc des études de droit, devient juriste à Paris. Au bout de treize ans passés dans la capitale, il prend une décision : il est temps de changer de vie.

Il prend conscience qu'il aimait beaucoup la vie parisienne, mais avec ce sentiment d'en avoir fait le tour. Par crainte de plafonner, de faire toujours les mêmes choses, il décide de sauter le pas.

Antoine n'embrasse pas cette vie nouvelle seul. Son petit frère l'accompagne dans l'aventure. Louis de Boismenu : "Comme ça, il m'a posé la question, un jour, de savoir si je voulais m'installer avec lui pour faire du fromage sur les hautes Chaumes. Et j'ai répondu oui, sans réfléchir."

Les deux frères partagent la même ambition, la même passion : une chance qui donne lieu en 2007 à la naissance du projet familial.

Dans un premier temps, la fratrie produit une tonne de fromage, soit 250 fourmes. Cinq plus tard, la production annuelle dépasse les 7 tonnes.

Dans le même temps, l'exploitation, qui se fait un nom dans la région, obtient l'Appellation d'Origine Protégée. Sa ferme intègre la route des fromages et attire les curieux.

L'Auvergne a bien rendu à ce Parisien la joie de vivre enfin son rêve de gosse.

Depuis son installation, Antoine n'a pas une seule fois quitté la région. Sa vie elle est ici. Loin du bruit. Loin du fourmillement parisien.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
insolite